Nous sommes en l'an de grâce :
976

Vous n'êtes pas identifié(e).

Communauté de Terre Noire

#1 01-10-2017 05:37:53

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 107

Renouveau

...Les routes escarpées qui jonchaient les flancs de montagnes qui entouraient ce qui fut jadis, une mégapole, étaient caillouteuses, et défoncées. Des nids de poules avaient eu raison depuis déjà des centaines de lieues, des fers mais également des sabots de son cheval. Hogarth songeait à la capitale en Caspellis ainsi qu'au seigneur de Boemauth qui avait pris ses aises au sein du palais. Cela l'ennuyait mais il avait pleine confiance en le preux sauveur de l'île. Tout le monde ne le voyait pas cet oeil car la loi martiale a toujours eu tendance à mettre les gens mal à l'aise de part son influence qui donne un pouvoir de dictât illimité, et certains seront nerveux à n'en point douter. Des tensions sont à venir. Il se demanda tout du long du chemin du retour, si le régent provisoire abandonnerait son poste et si tel n'était pas le cas, que devrait-il faire... sa loyauté irait-elle au peuple de l'île ou à ses alliés de toujours ? Cela lui embrouillait les esprits, car nul doute qu'il aurait bientôt à faire un choix.

Arrivant en haut de la montagne, un vent froid et glacial se mit à lui souffler dans sa barbe hirsute, et poussa sa capuche qui couvrait sa tête fatiguée, sur ses épaules. Hogarth jeta un regard lointain dans la plaine qui se situait au pied du géant de pierre qu'il venait d'escalader. Enfin il pouvait voir ce qui fût un jour, son domaine...
l'oeil s'humidifiant à la vue de ce spectacle, hogarth remis son capuchon sur sa tête et talonna les flancs de son cheval pour continuer sa route.Son cheval commença à boiter à mi-descente de la montagne. Ce dernier avait connu nombre de batilles et celui-ci avait bien servi son maître. Hogarth lui offrirait une retraite bien mérité en remerciement de ses services.

La route avait été longue. plusieurs jours, seul avec pour seul ami, son compagnon qui le portait encore sur son dos. En arrivant en bas de la montagne, Hogarth descendit de son destrier, le caressa un moment et lui caressa le chanfrein de son compagnon, le fixant droit dans les yeux, et, chose étonnante, il s'adressa à lui.

- Eh bien mon vieux, mon fidèle compagnon de route et de bataille... nous y sommes presque. Tu pourras bientôt te reposer... Nous le pourront tous les deux...

Il garda un instant les yeux dans le vide pensant à l'idée de se retrouver dans sa villa tout en continuant ses caresses... mais cela était inutile. Cette idée éphémère fût vite balayée par la vue des ruines de son fief. Enfin de compte, il ne reposerai peut-être pas encore.
En arrivant devant les portes défoncées de son domaine, Hogarth eu une montée de rage, une colère incontrôlable envers ces pilleurs, ces malandrins, ces... Sphonistes.
Il  évacua ses traîtres de ses pensées car l'heure n'était pas à broyer du noir... du moins, ne fusse pas sur ces manants... Il avait à reconstruire son domaine à présent... aucune bases solides n'avaient été épargnées... Ces fanatiques avaient pris soin de casser chaque mur, chaque pierre à part celles des portes du domaine...

-"Quel chaos" songea t'il... "Il ne reste plus qu'à tout reconstruire avec l'aide de certains serfs et artisans qui étaient encore présents, certains blessés. Il fallait commencer par enterrer les cadavres des malchanceux pour éviter toutes épidémies.


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

#2 07-10-2017 18:29:01

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 107

Re : Renouveau

La reconstruction du domaine avançait lentement mais avançait quand même. Hogarth commençait à se faire vieux et remettre son domaine à flot devenait un exercice éreintant pour lui. Il savait qu'il ne lui restait que quelques années devant lui. Il se posait beaucoup de questions comme par exemple le devenir de l'île, de l'idéologie des indépendantistes mais pas que d'eux. Qu'allait-il devenir des Sphonistes et des anges dans un avenir proche. autant de questions qui se bousculaient dans sa tête et le rendait morose.

Soudain son intendant frappa à la porte de son bureau.

- Entrez.

Son intendant était un petit homme chétif qui n'avait que la peau sur les os. Non point qu'il fût mal nourrit non... C'était ainsi même avec la panse bien remplie. Peut-être était-il malade de naissance pensait Hogarth, mais l'home avait toujours été ainsi et cela ne l'empêchait point d'être un homme qui connaissait son travail et le faisait avec dévotion. Il entra dans le bureau puis tendit une parchemin cacheté d'un seau de cire à son suzerain.

- Un messager viens de faire livrer cette missive à l'instant mon seigneur

Hogarth prit le parchemin tendu par l'intendant et tout en commençant à décacheter la missive salua l'intendant

- Merci Edouard. Vous pouvez vous retirer.

Hogarth commença à lire la missive tandis que l'intendant arrivait près de la porte.

- Attendez Edouard !

La main sur la poignée de la porte, il s'arrêta net et se retourna vers son maistre.

- Oui mon seigneur ?!

- Faites-moi préparer une besace de nourriture pour cinq jours et faite préparer mon cheval. Je dois partir instamment.

Il n'était pas de notoriété que le Lord Hogarth fûsse impulsif. La missive qu'il venait de recevoir devait être de la plus haute importance pour se mettre aussi rapidement sur le départ aussi rapidement pensa l'intendant. Il devait se tramer quelque chose d'important sur l'île.

- A vos ordres mon seigneur. se pliant tel un roseau devant son maistre sa main droite le long du corps et sa main gauche repliées derrière son dos.

Il se redressa puis fit demi-tour afin de préparer ce que son seigneur lui avait commander.

Hogarth, quant à lui, alla dans sa chambrée pour se vestir autrement, plus chaudement. Puis une fois changé il descendit dans la cour de sa demeure où l'attendait Edouard, son fidèle intendant de toujours avec une besace accrochée à flanc de cheval, la bride du nouveau destrier entre ses mains.

- Tout est prêt mon seigneur.

- Merci Edouard.

Il monta en selle. Avant de talonner son cheval pour le faire galoper hors de la ville, il regarda un instant son domaine puis son intendant avec insistance. Il finît par talonner son nouveau destrier fougueux qui partît comme une flèche.

- Que peut bien contenir cette missive pour ainsi rendre mon seigneur aussi... bizarre ? se demanda Edourad alors qu'il regardait son maistre s'éloigner en direction de la capitale de l'île.

Puis il tourna les talons et se remis à son travail.


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

Pied de page des forums