Nous sommes en l'an de grâce :
976

Vous n'êtes pas identifié(e).

Communauté de Terre Noire

#1 24-02-2018 13:25:03

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

[Terminé] L'Affaire...

Début du mois d'Aluna, An 976
Plus d'une semaine avant Célébration Sphonienne
3 jours après le Second Concile




Sur les marches du tribunal qui se dressait fièrement face à l'agora, les gens du palais s'afféraient. L'intendant avait mandé que l'on affiche l'ordonnance suivante.

Nous, Grand intendant de Terre Noire en Caspellis et Enquêteur de droit  au nom de l'Agora déclarons ceci.

Dans deux jours ici même audience sera tenue. La teneur de ce qui sera dit nécessitera un cadre exceptionnel.
Ainsi les portes de la capitale seront closent au matin et fermé jusqu'à décision de l'Agora. Nous invitons donc Ducs, Comtes et Seigneurs a prendre leurs dispositions pour ne point souffrir outre mesure des effets indésirables provoqués par l'audience.

Au nom de Terre Noire
L'intendance.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#2 24-02-2018 14:06:40

Passion Delacroix
Nouveau sur TN
Inscription : 01-10-2017
Messages : 224

Re : [Terminé] L'Affaire...

Passion reçue la nouvelle comme elle se répandait. Elle pris donc les dispositions qui avaient été recommandée et c'est avec une suite d'une taille fort convenable pour une future comtesse que la damoiselle s'installa dans la capitale, à savoir que c'était la les terres d'un Fidèle et qu'elle n'eut guère du mal à faire résider confortablement sa petite compagnie.

Ainsi la jeune fille serait présente ainsi qu'avec son intendant pour assister à ce qui serait un des évènements les plus majeur de l'année.


Ce qui est connu : Dame de Salpuy et Dame du Comté de Luvida par la Régence de son Oncle, Aldabert Ormond.
Ce qui n'est pas connu : Fidèle des Ombres de Sphonie sous le nom de La Rose Blanche.

Hors ligne

#3 24-02-2018 17:48:42

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : [Terminé] L'Affaire...

Cette affiche avait été placée non loin de celle portant les festivités sphoniennes. Le fait qu'elles aient été placées si proche l'une de l'autre, dénotait assez : entre l'aspect sérieux d'un résultat d'enquête au combien important vis-à-vis de la mort du Régent, et l'aspect joyeux d'une fête accessoire pour La Carana du sieur Lejuste.

En parcourant des yeux, l'ensemble de la proclamation, le Duc d'Agantila marqua davantage d'attention sur plusieurs de ces mots. Le temps allait être le plus redoutable d'entre tous, maître de la situation, il avait déjà commencé son travail rapprochant d'un jour l'ouverture du tribunal. Mais, le grand jour venu, il n'y aura plus aucun passage possible pour l'extérieur de la Capitale. La pensée qui venu en premier était que cette fermeture de l'enceinte pourrait amener le duc de Lonfort à prendre le large plus tôt que prévu en direction de son cher domaine... Et cela contraindrais Joss à partir lui aussi... mais si Lejuste venait à faire un tel choix ne serait-ce pas justement pour éviter la sentence du tribunal ? D'un certain côté, fallait-il s'en méfier ? Les résultats de cette enquête étaient jusqu'alors resté bien secret... Autant Joss n'avait rien à se reprocher, autant il redoutait que l'acte commis par les assassins proviennent du roi et qu'à l'annonce de cette accusation, tous se tournent et viennent abattre leurs armes contre la citadelle royaliste. 24 heures seulement lui restait pour choisir d'affronter le tribunal ou d'affronter les cultes sphoniens...


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#4 28-02-2018 22:17:07

Di Mandragori
RPiste
Inscription : 29-11-2017
Messages : 142

Re : [Terminé] L'Affaire...

Trois jours, il avait dit trois jours...
Clairement il y avait des forces à l'oeuvre.

Lejuste avait annoncé en toute honnêteté la date des festivités sphoniennes, et comme par mal'enchant les résultats de l'enquête seraient proclamés presque en même temps, soit avec assez de retard pour lui compliquer la vie.
Alors qu'il avait dit trois jours.

Et surtout les portes seraient fermées. Elle savait bien que sa colère venait de sa peur...


Chien d'intendant à la laisse courte, et maudits les anges abominables de ce monstre de Navas.
Si elle n'avait pas assez de mots pour conspuer ses ennemis, c'était seulement dans la langue ternienne, car le chapelet de sons guturaux qui en murmure rapide et rauque franchit ses lèvres à cet instant ne ressemblait sûrement pas à une bénédiction, ou d'un genre très spécial.

Ainsi les sphoniens ne seraient pas ou peu présents et pourraient sans doute même être accusés en lieu et place des vrais coupables.
La chasse aux sorcières seraient bientôt ouverte, et la douleur vrilla sa cheville manquant la faire chuter sur le pavé alors qu'Albedo toujours aussi bellement candide la retenait cérémonieusement.

La Dame de Pontsel s'arrêta, respira lentement, en regardant son capitaine des gardes.
Il lui faudrait donc sacrifier un pion.

Le regard d'azur en face d'elle en aurait fait pâmer plus d'une... Et un instant elle regretta de l'envoyer dans ce piège sans lui faire connaître avant d'autres jeux que ceux de la cour. Il semblait plus que dévoué, mais sa seule protection à ce procès serait cette belle aura d'innocence qu'il portait encore.
Elle ne pouvait la lui ôter sans remord, elle soupira donc avant de déclarer.

-"Capitaine Alban, vous représenterez la maison Di Mandragori au tribunal.
J'ai promis ma présence en Insohel, et je n'ai qu'une parole.
J'ai toute confiance en votre probité, et j'escompte que vous me rapporterez tout ce qui s'y dira.

Albédo, tâchez d'entendre entre les mots."

Dernière modification par Di Mandragori (04-03-2018 23:51:05)


•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•
Belladones y Mandragores. Pavots et Digitales.
La beauté envoutante des fleurs du mal...
•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•

Hors ligne

#5 02-03-2018 20:51:18

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

-Maître ?

L'intendant se retourna de son étude. Il posa son registre sur le bureau.

-L'annonce de la présumé culpabilité fait grand bruit.

L'intendant sourit, amère.

-Avez vous vraiment trouvé ?

Se levant péniblement comme courbé sous la charge de sa position il fit face a son homme.

-Tu le sauras bien assez tôt, ils le seront tous bien assez tôt...

-Mais maître certains pourraient croire que vous avez manœuvré pour contraindre les fils de cette maudite église à ne pas être présent, eux et d'autres ?

L'intendant laissa échapper un rire. Rire fugace qui tenait plus du hoquet que de l'époumonade.

-Sache que tu verras et entendras dans ta vie nombre de choses aussi grotesques. Mais la nature est ainsi faite que alors que rien est dit tous veulent savoir.

-Mais, le désordre maître...

-Il est la propriété de ceux qui le sèment. Je dois encore travailler tard ce soir.

-Pourquoi clore la capitale ?

-Vois-tu il est des vérités qui sont à même d'agiter les convoitises. Mieux vaut s'assurer que la justice puisse être rendu sereinement, loin de la pression des glaives et des appétits voraces. Les portes closent, la garde tiendra sans difficulté la ville et l'Armée des Anges présente depuis la mort du régent autour de l'enceinte freinera les osts dépenaillés des anciennes maisons.

-Bien maître. Cela devait être quelque chose de travailler avec le Régent ?

-Il était un grand homme, mais tous ses prédécesseurs l'étaient à leur façon. Je dois admettre que la passion de ce dernier avait peut-être quelque chose d'unique. Il n'était pas un ambitieux. Je crois qu'il aurait préféré rester dans sa campagne profonde.

-Pourtant son nom est encore prononcé à voix haute ?

-La populace ne s'intéresse pas à la vérité, elle aime les histoires. Apprends à ne pas tomber dans ce piège. Et puisse que tu veux savoir, il y a peut-être une chose qui caractérisait l'homme de Boemauth... Il se croyait animé par des forces plus grandes et noble que lui... C'était là sa folie. Laisse moi maintenant.

Le jeune homme allait fermer derrière lui la porte de l'office...

-Attends. Mets cela sur la porte du tribunal en sortant. Et portes-en un exemplaire aux ambassades présentent en ville.

-Toutes sieur Intendant ?

-Toutes.

il sortit.

Les modalités de justice seront les suivantes.

Dés lors que l'annonce de cour sera faite, chaque maisons sera libre de proposer un pairs aux siège d'auditeurs. Huit pairs seront retenus par l'agora. Il appartiendra au pairs de désigner l'un d'eux comme juge et les autres comme votants. En cette heure, l'île n'ayant point de gouverneur, l'administration n'est en droit que d'instruire mais en rien de juger ses maîtres.

l'intendance de Caspellis
Pour Terre Noire

Note hrp: la note est considérée envoyée à tout acteurs/joueurs de Terre Noire qui souhaite s'en emparer. Elle fera l'objet d'un post/news letter.

Dernière modification par Grand intendant (02-03-2018 20:56:53)


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#6 07-03-2018 18:33:41

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

Le jour était venu. Une foule de curieux observait cet étrange cortège glissant des quartiers de l’intendance jusqu’au tribunal. Aux matines, les portes de la ville avaient été closes comme annoncé quelques jours plutôt. L’intendant dans sa robe d’office était encadré d’une escorte tout aussi richement parée. Les portes du tribunal grandes ouvertes s’apprêtaient à avaler l’administration du palais toute entière. La populace massée aux portes du palais était contenue par les lances, bruissante de rumeur et de curiosité. Les cors et les tambours accompagnaient de leur rythme lent et prononcé les notables et maisons, qui, nombreuses, cherchaient place à l’audience.
L’intendant se fraya un chemin parmi les rangs, puis solennellement prit place à sa chaire.

La salle d’audience avait cela de différent, au regard de l’agora, qu’elle n’était pas circulaire. Ornée de décors de bois brun sculptés, s’étalant en longueur, elle était pavoisée aux couleurs de l’île, de ses familles présentes et passées.

Alors qu’il se chauffait la voix par de petits borborygmes discrets, la salle se remplissait encore. Il observa méticuleusement les présents. Il n’était pas surpris que si grand nombre de familles et de pairs ne soient là que par leurs ambassades. Les fêtes sphoniennes avaient su capter le cœur et l’envie des puissants, bien au-delà de la promulgation de la loi et du droit. Mais telle avait toujours été la vie politique de l’île. La passion versus le devoir.
Pour autant, il n’était qu’un administrateur et n’avait pas d’avis à se faire. La seule chose qui l’intéressait, c’était son sujet, et puisqu’il était l’heure, il allait donner aux pairs les éléments nécessaires à l’exercice de leur devoir.
Le message avait été clair, il fallait huit pairs, et l’un d’eux instruirait le procès. Si certains pensaient encore qu’il pallierait leurs devoirs, ce ne serait pas le cas, sa mission allait prendre fin aujourd’hui, dans quelques courtes heures... 

La veille au soir, bien avant que les portes soient scellées, déjà la garde avait été sollicitée, des quartiers du palais clos, et bientôt l’on en comprendrait le pourquoi.
Les minutes filaient comme perles au collier alors que la salle n’en finissait pas de se remplir. Mais il décida de ne plus attendre. Il regarda le héraut à sa droite et lui fit signe d’un hochement de tête. Ce dernier officia de sa voix de stentor.

« Gentes Dames et seigneurs ! Ducs, comtes, seigneurs, forces palpitantes du cœur et des membres de notre terre ! Nous saluons la toute puissance et la noblesse pour que sonne l’heure des justes, pour que trépasse le blasphème et la fourberie de ceux qui ont choisi aux plus sombres des jours de s’adonner au pire des crimes, celui de régicide ! Grands noms de l’île et de notre temps ! Faites désormais silence pour que notre sieur Grand intendant puisse faire son office ! »

Le héraut qui, quelques secondes auparavant, avait déclamé, torse bombé devant le parterre, fit deux pas protocolaires à reculons avant de regarder à son tour le maître de séance et de lui céder sa place.

 Bien, je vais commencer par détailler la méthode employée pour remonter la trace des criminels afin que déjà vous puissiez vous forger un avis sur la qualité du travail accompli. Si d’aucun souhaite mettre en doute l’objectivité du travail fourni par mes gens, nous tenons à dire que, si le régent avait des failles, il avait su toutefois s’entourer. Que durant les jours qui se sont écoulés depuis son assassinat, tous ont été sollicités. Nous tenons à ajouter que d’autres acteurs ne souhaitant pas qu’on les nomme se sont ajoutés à la longue liste des « aidants » et que leurs dires furent vérifiés par d’autres qu’eux-même et ne supportent à ce jour plus de doutes quant à leur crédit.

Le Régent a donc été assassiné à quelques pas d’ici au bras de sa dame par quatre assassins dont deux ont été retrouvés morts et deux non retrouvés. Les bourses des deux premiers pendaient encore à leurs ceintures, si pleines que leur cuir en était presque distendu. Leur mort dut être rapide puisque les lames retrouvées à leurs côtés étaient encore souillées de sang. Nous pouvons risquer de déduire que puisque les corps furent retrouvés dans les fosses à fange dès le lendemain, ce sang était probablement celui du régent. Mais quand bien même ce ne le fut pas, ce n’est pas de là que partirent les doutes qui nous menèrent aux pistes que je vais énoncer. L’or retrouvé nous amène la presque certitude qu’il ne s’agit pas là d’une mauvaise rencontre entre de mauvaises personnes de basse extraction, mais plutôt d’un commanditaire qui ne souhaitait pas qu’on en sache davantage sur le pourquoi et le comment du crime de lèse-majesté qui fut commis.

Bien sûr, comme nombre d’entre vous, nous avons en premier lieu suivi les pistes évidentes. La première fut celle des ennemis avérés du sieur Mathias de Boemauth. Tout d’abord celle de l’église de Sphonie. Mais quand bien même l’opposition de cette dernière fut avérée, pourquoi, alors qu’elle avait obtenu titres et terres, se serait-elle risquée à commettre crime si évident ? Je ne vais pas détailler les pistes suivies en ce sens puisque cela reviendrait à donner le nom de nos gens, mais sachez que rien ne permet de suivre, à ce jour, le fil direct de sa compromission. Alors a-t-elle joué un rôle ? De ce que nous en savons, pas directement. Il nous a été rapporté qu’un grand nombre de visiteurs se sont rendus en ses fiefs, dont certains liés de près ou de loin à l’empire, mais nous ne voyons pas de pistes si évidentes que cela…

Les royalistes ? Nous avons cherché des nuits entières, mais le retour de l’église Navasséenne, la protection du roi, la bien portance de leur domaines ne vont pas dans le sens d’un intérêt particulier au crime. D’autant que lors des guerres sphonistes, les royalistes furent alliés de la régence et que Dame Celeste Dacre chevauchait récemment aux cotés du régent.

Les indépendantistes sont depuis longtemps discrets mais étaient historiquement alliés au sieur de Boemauth bien avant qu’il n’accède au trône provisoire de l’île...

Vous devez comprendre qui était le Régent. Il savait trouver des compromis acceptables. Il savait négocier et brandir l’épée mais toujours visant l’équilibre. Ainsi ses alliés furent toujours fiables soit par intérêt, soit par fidélité à leur serment.

Toutefois, et il vous faudra en tenir compte plus que moi, aucun n’avait jamais accepté la promulgation de la loi martiale, la mise sous-tutelle de l’agora. Mais tous y avaient trouvé prospérité. Cette prospérité qui avait tant manqué à l’île.

Alors qui et pourquoi ?

Je n’ai pas ici toutes ces réponses. Mais désormais nous savons où il vous faudra chercher. C’est en Jad… 

Des murmures intrigués parcoururent l’assemblée.

 Si nous avons décidé de sécuriser la capitale, c’est que nous savons que ce qui va être dit risque de diviser au cœur même des masures de la capitale et de l’île et que notre rôle en l’absence de gouvernants est de maintenir l’ordre et un semblant de paix. Voici maintenant les éléments que nous avons à faire valoir.

L’or retrouvé aux ceintures des assassins a été frappé en Jad. Mais il a ceci de particulier qu’il est poinçonné des armes de Boemauth. Les braies qu’ils portaient étaient tissées en lin croisé, rare sur l’île mais œuvre des artisans de ce comté.
Si nous avons cru les premiers jours que cette vile œuvre était celle d’assassins de métier, la taille des cheveux, la musculature, et bien d’autres détails nous confirmèrent qu’il s’agissait de soldats. Je puis affirmer ce que je dis car c’est en Boemauth que j’envoyais mes gens. C’est dans un hameau sur les hauteurs de la ville natale du sieur régent que nous avons trouvé les familles, désœuvrées de n’avoir pas vu leurs fils rentrer depuis la date fatidique. Une seule a accepté de voir les dépouilles, et s’est effondrée. Seule une femme, désormais veuve, ne connaissant pas l’objet de la visite, reconnut son époux.

Que doit-on en conclure ? Ce n’est pas à moi de le dire, mais vous aurez compris. Les assassins ont été payés en or, nous disons ici sans peur, que la maison de Boemauth est accablée en cette affaire…

Avant de procéder à la suite réglementaire et de vous laisser procéder au vote de la chambre, soit huit pairs, sachez cette chose. La Duchesse est absente car cantonnée à ses appartements depuis la veille. Il vous appartient désormais de disposer de mon administration pour conseil et de vous mettre à l’œuvre. Je vous engage à examiner dans le détail les rapports que je tiens à votre disposition sans oublier que je ne peux répondre au pourquoi et que je n’ai pas plus d’éléments que ceux-là sur le comment… 

Lorsque l’intendant se tut et les brouhahas s’amplifièrent.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#7 07-03-2018 21:04:13

Geoffroy
RPiste
Inscription : 01-10-2017
Messages : 57

Re : [Terminé] L'Affaire...

Comment imaginer un procès traitant de l'assassinat de Mathias de Boemauth, sans la présence du Grand Maistre de l'Armée des Anges ? Le barbu récemment élevé à cette position suprême parmi les siens, avait évidemment fait le chemin en personne entouré d'une large garde armée tous portant le flambeau des Anges. Il se devait d'être présent pour tellement de raisons... La première, eut été que celui qui gisait six pieds sous terre à cause de cet assassinat, c'était son ancien Maistre, un grand homme qu'il avait respecté et qui lui avait donné en quelque sorte la ligne directrice qui traçait sa vie maintenant. En plus de cela, il pouvait dorénavant se faire soutien d'Hélène de Boemauth, la veuve de Mathias. Et probablement la plus importante, il devait incarner, au moins le temps de l'absence d'Archos, l'Armée des Anges, tout bonnement, tout simplement.

Ses hommes, ses soldats, avaient reçu des ordres, ils ne pénétraient point dans la Capitale, l'armée restant à l'extérieur, mais campaient près des murailles, sans pour autant assiéger, mais se plaçant comme protecteurs du symbole de l'autonomie de cette île. Nul n'avait pu les manquer, par leur nombre et leur emplacement stratégique, ciblant tous les chemins menant aux portes de la grande cité, il était juste impossible de leur échapper, surtout en plein jour. Pour autant, ils n'avaient pas d'ordres précis, laissant passer quiconque souhaitant entrer ou sortir de la Capitale sans fouille, sans avoir à se justifier de quoi que ce soit. Mais cela pouvait changer rapidement, le Comte des Marais était entré dans le Tribunal peu de temps avant le début de l'audience, et une dizaine d'hommes armés, sa garde personnelle, l'avaient accompagnés et pourraient bien faire office de messager si le besoin s'en faisait ressentir.

Le barbu s'assied donc à un endroit où il pouvait voir l'ensemble de l'espace au centre du palais, lui laissant toute possibilité d'observer les moindres mimiques, gestes, comportement du Grand Intendant qui finit par ouvrir la séance après quelques temps d'attente, moment précieux où de nombreux Seigneurs et Dames firent leur apparition et purent prendre place dans le palais. Bras croisé, le haut du dos reposant sur l'arrière du siège, Geoffroy se redressa dès lors que le Grand Intendant prit la parole pour commencer à faire sa "plaidoierie". Il avait bien noté qu'en l'absence de Gouverneur, il était de bon ton de laisser quelques Seigneurs se porter volontaires pour incarner les juges et jurés pour cette triste affaire. Silencieux de bout en bout, le barbu était tout de même étonné de ce qu'il venait d'annoncer. Ainsi, point de royaliste ou de sphoniens mais des assassins qui venaient vraisemblablement de Jad, et qui en plus de cela, portaient des pièces d'or poinçonnées des armes de Boemauth...

Le Grand Maistre chercha du regard la veuve, se demandant si elle avait pris la peine de venir ici pour honorer au moins la mémoire et l'honneur de son défunt époux, mais bien assez tôt, le Grand Intendant évoqua le fait qu'elle ait été cantonnée dans ses appartements. Il se concentra de nouveau pour écouter les derniers mots du Grand Intendant. La tête baissée, le regard sombre, il n'était guère en état pour ceux qui pouvaient le voir, de tenir une discussion soutenue ou d'échanger des banalités. Non, il essayait de remettre tout dans l'ordre dans sa tête, tentant de n'omettre aucun détail et se raisonnant pour ne pas tomber dans les certitudes les plus simplistes qu'il pourrait avoir. Lorsqu'il redressa la tête et posa son regard sur l'homme debout au milieu de tous,  il se leva et prononça simplement ces quelques mots.

- "Nous, Geoffroy des Marais, Grand Maistre de l'Armée des Anges, Comte des Marais et Seigneur de Vignesainte, nous portons volontaire pour intégrer la chambre des pairs pour cette affaire, qui nous l'espérons, lèvera le voile sur cette odieuse affaire."

Du poids, il en avait par son statut, et il se sentait parfaitement légitime d'intégrer ceux qui allaient devoir juger ou analyser et désigner un coupable. Il attendit un signe de tête d'un scribe ou du Grand Intendant lui même pour notifier son inscription, qui sera retenue ou non, puis il se rassied, croisant les bras et attendant de voir si d'autres Seigneurs allaient faire de même.

Hors ligne

#8 07-03-2018 21:39:14

Kern Saurion
PNJ
Inscription : 27-09-2017
Messages : 11

Re : [Terminé] L'Affaire...

Elles se tordent, les lèvres masculines, en un rictus amer. Pourtant attirantes mais tant marquées par l’ironie. C’est là le sourire d’un ange dont le rire sort tout droit des enfers. Son rocailleux, une avalanche agressive d’un bonheur sanglant. La froidure, la meurtrissure, qu’importe ! Elles lui sont nourricières, mère de la haine ou peut-être bien du plaisir. La paillardise d’une croyance hautaine d’être un Puissant, la jouissance dans la souffrance procurée. Il fait beau temps pour chevaucher vers sa destinée. Là, sur sa couche mortuaire, quand la gelure vient posséder la terre et violer les racines des arbres pour n’en laisser qu’un squelette charbonneux. Quand l’hiver s’étend… Il suçe jusqu’à la lie la vie faunesque, quand il caresse l’air avant de le fouetter d’hydrométéores cristallisées et qu’il l’étrangle pour en faire baisser la température.


- Je… vous en… prr…rrie…

- Qu’entends-je ?

- S’ii… S’il vous ppp…plait !


Saurion le Noir approche son oreille assassine de la bouche affligée. La mâchoire de sa victime écrasée entre les doigts farouches du Seigneur de Guerre. L’homme maltraité s’exprime qu’avec difficulté et plus cela lui est difficile, plus Kern enfonce ses doigts dans les joues maigres de sa victime de l’heure. Ils paraissent fins, comme cette mâchoire cassée. Elle démontre sa volonté de fer. Il est un ange au cœur d’un démon, vêtue habilement pour séduire ceux dont il boira le sang. Et ses yeux verts, bien trop sombres pour s’y plonger, tracent sur la chair innocente, le chemin de son péché. Un craquement et le vert ténébreux de ses yeux suit le rouge vermeil du sang. Les perles qui s’enfilent sur la peau blanchâtre du manant bénissent les doigts bagués d’or et de pierres précieuses.

Kern lâche le malheureux. Il ne puis même plus gémir. Assommé de douleur et d’effroi, il git aux pieds du grand bonhomme au corps élégant. Voilà ce qu’est de se trouver sur le chemin de Kern Saurion, voilà ce qu’est de n’avoir le faciès convenable. Lourdement chaussé de noir de pieds en cape, l’on devine cependant l’élancement de sa taille ainsi que la largesse de ses épaules. Il est de cette avenante silhouette de ceux qui descendent d’une lignée bénie des dieux infernaux. Cela n’est pas dit pour dépeindre sa beauté mais pour révéler oh combien la nature peut être traitresse. Kern est un tombeau blanchit, un ange déchut enfermant en lui vos pires cauchemars.

Sa main se tend et on y dépose une coupe étincelante de richesse, ornée des mêmes pierres qui encombrent ses doigts. Il prend ses aises, il pose durement un pied sur de tas d’os afin de prendre une pose et boit son vin. Tout en le sirotant, il admire le tableau que lui offre la chaîne montagneuse au loin. Il se disait dans les chaumières les plus archaïques, que son maître Thanatos lui-même avait tranché dans les flancs de Nochterra pour y nicher tout prêt de son disciple. Il lui apportait ainsi des défenses naturelles mais plongeait son territoire dans l’ombre. Le fief du Seigneur Kern lui-même était perché dans les hauteurs au fin fond de Nochterra, profitant d’un côté des neigeuses et de l’autre de magnifiques couchers de soleil. Mais en ce jour, Kern se met en route pour Caspellis. Il grimpe ainsi lestement sur son cheval aussi ténébreux que lui et enfonce rageusement son casque sur sa tête.


- Allons secouer ce tas d’fumier d’Angelots…




Le corps d’arme avait parcouru des miles et des miles comme des fous ayant le diable aux trousses. Elle ne s’était arrêtée que brièvement pour dormir à même le sol dans des camps de fortune ou pour changer de cheval sauf Kern qui poussait sa bête de guerre jusqu’à l’épuisement. Bien lui en fit car lui et ses hommes arrivèrent quelques heures seulement avant que les portes ne se ferment définitivement. L’homme avait même poussé un grognement de satisfaction en les passant dans une envolée de poussières qui recouvraient d’ailleurs maintenant leurs vêtements. Vêtement, qu’il ne prit pas la peine de changer quand bien même la richesse se lisait sur lui et les siens. Il avait bien sûr aperçut les campements des Anges qu’il voyait comme des insectes à écraser de son talon charbonneux.

C’est seulement après s’être rempli le ventre d’un alcool plus fort que le vin, pour se mettre en forme diraient certains, que Kern se présenta au tribunal. Il y entra comme on entre dans un moulin tandis que le grand maître des Anges se proposait.


- J’en suis !


La voix profonde porta dans la salle, ce qui étouffa celle plus faible qui l’annonçait comme le Seigneur Kern Saurion de Froidmoulin. Ce dernier se glissa justement dans la rangée de Geoffroy, lui passant devant, son regard dans le sien. Il le frôla comme s’il cherchait une place en longeant la rangée, mais il ne s’arrêta pas là, oh non… Tout en lui passant devant, il haussa ses sourcils en guise de salut, un sourire trop goguenard sur ses lèvres ironiques pour que cela ne passa pas comme de la provocation avant de s’assoir non loin bien confortablement.

Dernière modification par Kern Saurion (07-03-2018 21:47:32)


...Dernier seigneur Thanatique de l'île...

Hors ligne

#9 09-03-2018 16:36:27

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 109

Re : [Terminé] L'Affaire...

La nouvelle d'un procès tomba enfin. Le Sieur Hogarth était épuisé. la reconstruction de son domaine avançait lentement. Il n'avait plus la force de regarder son royaume, lentement tomber en désuétude. Ces plus belles années derrière lui, il se dit qu'il était temps de jouer son dernier rôle au sein de cette patrie de Terre Bénie, qui fût la sienne de si nombreuses années.Malgré qu'il ai confié son rôle de grand maistre de la citadelle indépendantistes à son plus vieil ami, le sieur Celedir, il n'en restait pas moins un des pairs de l'île et foi de nobles, il avaient encore son mot à dire.

Il fit quérir son intendant et lui fît écrire une missive adressée au grand intendant de la capitale.

Moi, Seigneur Hogarth Duc provisoire de Kronenbag et Comte de Haute Terre,

atteste de ma présence au coeur du débat à venir sur la culpabilité du meurtrier que vous allez nous présenter au cours de ce tribunal. Je serais sur place le jour fatidique. Vous pouvez compter sur ma présence.

Lord Hogarth.

La signature sobre et concise n'était pas dans les habitudes du sieur Hogarth qui aimait à afficher ces différents titres. Il fit cacheter la missive et pria son intendant de la faire envoyer par coursier le plus rapidement possible. Inuitile d'utiliser un pigeon qui pourrait se perdre et de ce fait , rendre la présence du seigneur quaduc.

- Faites préparer mon cheval et ma garde personnelle... il hésita un moment puis reprit.
- Mais ne prévoyez que deux hommes uniquement. Je serais en sécurité au coeur de la citadelle entouré de tous mes amis qui auront emmenés plus que de raison de garde pour leur petite personne.

En une courbette théâtrale digne de ce nom, l'intendant acquiesca aux ordres de son maistre

- Bien mon maistre... il en sera fait selon vos ordres

Le départ était proche. il voulait aussi se détendre un peu avant de partir et ajouta avant le départ de son dévoué serviteur :

- Ah oui et faites-moi couler un bain avant mon départ !... bien chaud... que je sois sur mon plus bel apparat pour ce procès.

En une courbette plus cinglante,  rapide et à demi-courbée cette fois-ci, l'intendant acquiesça à nouveau.

- Bien mon maistre... je le fait préparer de suite

Après un long bain et une grande toilette, Hogarth eu du mal à sortir de cette baignoire mal fichue qui avait vécue son temps elle aussi. il se fit habiller par ses servantes et prit le chemin du palais le lendemain matin après une bonne nuit. Il ne lui faudrait que deux jours pour atteindre la capitale si rien ne lui faisait obstacle sur la route

Dernière modification par Lord Hogarth (09-03-2018 17:13:18)


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

#10 10-03-2018 18:16:44

Celedir
RPiste
Inscription : 06-08-2017
Messages : 35

Re : [Terminé] L'Affaire...

Des pièces qui ont été frappé dans son comté, voila une annonce délicate pour le nouveau Comte de Boemauth. De tels choses ne devrait être possible dans un territoire sous sa responsabilité. Penser que la famille Boemauth ait fomenté un complot de la sorte envers un de leur membre, c'était quasiment impensable.
Non la réponse était ailleurs. Il devait suivre cette affaire avec attention.
Celedir se leva :

- En tant que Comte de Boemauth et grand maistre des Indépendantistes, je ne peux rester spectateur. Les preuves mènent à mon duché et même à mon propre comté, vous pouvez compter sur mon appuis pour démêler le vrai du faux dans cette affaire.

Cette enquête doit être régler au plus vite, la flotte de Dacres approche, peut être est-elle déjà la.


 Blason
Comte Celedir Dolasien, Maître de la Citadelle des Indépendantistes

Hors ligne

#11 10-03-2018 20:17:28

Passion Delacroix
Nouveau sur TN
Inscription : 01-10-2017
Messages : 224

Re : [Terminé] L'Affaire...

Jamais elle ne l’aurait avoué mais elle regrettait amèrement d’avoir refusé. Voici que maintenant sa vue était bouchée par un grand dadais à l’allure sombre qui s’était présenté dans la salle avec brusquerie. « Comme le dernier des vauriens, pensait la coquine. » Ainsi ne cessait-elle pas de se dire qu’elle aurait dû accepter de son Intendant le coussin qu’il lui avait proposé pour y poser ses petites fesses comtales. Elle l’aurait caché au moyen de ses jupes et peut-être l’aurait-il aidé à y voir un peu mieux. Maintenant, sur on banc de bois, non seulement elle avait mal à la croupe mais ne voyait que nenni.

Au moins, son ouïe ne faisait guère défaut, ni sa langue mais les dernières informations apportées par le Grand Intendant la laissèrent pantoise de surprise. Jusqu’à ce qu’il fallût se positionner dans une sorte de partie de pouvoir. Elle se leva donc de là où elle se trouvait mais même ainsi elle n’y voyait rien. Elle debout, l’inconnu au cheveux longs la dépassait encore en étant assis. Un petit grognement lui échappa. « Voilà, ce que c’était d’arriver dans les premiers ! Pensait la jeune blonde. » Ses poings se serrèrent et vivement, avant que son accompagnateur ne puisse agir, Passion sauta en un claquement de talon sur le banc et leva la main pour attirer l’attention.

« En tant que représentante du Comté Luvida, au nom de la Maison Delacroix, veuillez accepter ma participation au sein de la Pairie je vous prie. »

Baissant la tête vers la petite voix qui lui mandait en tremblant de s’assoir, elle vit à peine le visage tout rouge de son intendant qui semblait vouloir disparaitre. C’est d’une voix donc parfaitement claire mais pas trop qu’elle lui dit :

« Si le Sir ci-devant veux bien se décaler ? »

La jeune fille avait son voile replié sur lui-même, révélant un visage ovale plein d’une violente insolence mais point sa chevelure bien retenue par sa coiffe proprette.


Ce qui est connu : Dame de Salpuy et Dame du Comté de Luvida par la Régence de son Oncle, Aldabert Ormond.
Ce qui n'est pas connu : Fidèle des Ombres de Sphonie sous le nom de La Rose Blanche.

Hors ligne

#12 10-03-2018 23:30:31

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

Chers seigneurs voici que les bancs s'animent. Nous avons Donc ici quatre seigneurs prétendant aux chaires. Y a-t-il objections sur ces noms ? C'est en cet instant qu'il faut le faire savoir. A defaut et aux vues des représentations de cette heures ils seront notés sur les registres...


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#13 11-03-2018 14:05:54

Adil Gordion
RPiste
Inscription : 29-12-2017
Messages : 72

Re : [Terminé] L'Affaire...

J'avais reçu la nouvelle et après de longues hésitations j'avais décidé De me rendre à ce tribunal. Devant le blocus qui se mettait en place autour de cette dernière je m'étais empressé de stocker des provisions dans le manoir que je possédais au sein de la capitale. Ce dernier était de plus protégé par une trentaine d'hommes en armes. Après avoir pris toutes les dispositions, je me rendis au tribunal pour enfin savoir où en était la situation.

j'écoutai avec attention et consternation le discours de l'intendant.
Il allait me falloir faire un choix difficile entre défendre ma duchesse au risque qu'elle soit coupable même si je ne le croyais pas une seconde ou rester en retrait et observer l'évolution de la situation.

Ce qui m'étonnait le plus était l'amateurisme auquel aurait fait preuve la duchesse et les assassins dans ce complot. Payer cet homme avec l'argent de son domaine? Alors qu'il aurait été si facile d'obtenir celle de ses ennemis pour les incriminer d'autant plus facilement? Et pour quel motif l'aurait-elle tué? Que l'un des tueurs soit originaire de son domaine et soit l'un de ces soldats était le plus troublante même si cela était loin d'être une preuve. Et puis surtout devant la gravité de la situation politique de l'île je pouvais difficilement me passer du soutien de la duchesse.

Finalement en ruinant cela je me décida à prendre la parole à mon tour.

"Nous, Adil Gordion, Comte d'Aljais, nous souhaitons intégrer ce tribunal. Et ne voyons aucune objection à la présence des seigneurs déjà présents. Nous regrettons cependant la mise aux arrêts de la duchesse dans ses appartements pour ces seules preuves indirectes et l'absence de lien directe ou de mobile. Absence de mobile qui a écarté visiblement toute autre piste. Au vu de son rang et de la gravité des accusations, nous attendons avec impatience les autres éléments qui ont justifié de telles mesures. Ou demandons sa libération ne pouvant de toute façon pas quitter la capitale. "

Hors ligne

#14 13-03-2018 20:23:40

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : [Terminé] L'Affaire...

~ ~ Chers seigneurs voici que les bancs s'animent. Nous avons Donc ici quatre seigneurs prétendant aux chaires. Y a-t-il objections sur ces noms ? C'est en cet instant qu'il faut le faire savoir. A defaut et aux vues des représentations de cette heures ils seront notés sur les registres... ~ ~

Sur ces paroles, le sieur Joss le Forban prit alors la parole. Il se leva de son siège pour s'adresser aux présents, et ce distinctement. Beaucoup de questions tournaient dans sa tête mais qu'il n'évoquerait pas.

" - Je comprends tout à fait l'envie de la grande de Dame de Boemauth de ne point vouloir assister à cette session au tribunal.  Le fait qu'elle puisse y voir éventuellement le commanditaire ou ne serait-ce deux des assassins qui ont tués son mari, doit lui être difficile et douloureux…

Je n'ai pas d’objection à revendiquer quant à la volonté de chacun de ceux-là qui viennent de se porter Pair de cette assemblée, car il ne semblent pas coupable face à mon jugement...

Toutefois, je ne me présenterais pas pour intégrer la tribune des huits Pairs, cela met inconcevable, sauf si j’en suis résout à la contrainte ou de façon indiscutable par mes semblables ci-présent.
Laisseriez-vous prendre place au sein de cette tribune un suspect potentiel qui n'était ni au premier concile ni dans son domaine, mais dans Caspellis, et sans nulle preuve entravant sa suspicion ?"

Du coin de l'oeil, il avait remarqué le sieur Gordion prêt à se lever, sans doute allait-il se proposer...

Lui se rassit à sa place et se tut.


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#15 13-03-2018 22:38:01

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

Grand bien, noble assemblée.

Se tournant vers ses gens....

-Actez aux registres que les noms suivant sont pris pour actes.
  Sire Geoffroy Grand maîstre de l'Armée des Anges
  Le seigneur Kern Saurion de Nochtera
  Le Comte Celedir Dolassien Comte de Boemauth
  Dame Passion Delacroix de la Maison Delacroix
  Le Comte Adil Gordion Comte d'Aljais

La salle bruissait a l'énoncé des pairs qui avaient franchi le pas. Chaque noms suscitait autant d'enthousiasmes que d'étonnements.

-Seigneurs pairs de l'île, l'affaire n'a que trop attendu. Je vois devant moi tant de nobles maisons et pourtant encore tant des sièges vides. Pour autant l'administration que je représente ne repoussera plus le début de ce procès. Procès qui je vous le rappel aura pour but de poursuivre l'enquête menée par mes gens et de rendre le pouvoir de justice à la Pairie. Que les hésitants parlent maintenant ou ne contestent jamais la légitimité de l'instance qui se voit ici formée. Il restera encore a faire avant de fermer le registre, puisque, l'un des pairs susnommés devra se voir confier le rôle d'arbitrage et siègera en tant que juge pour ce procès.

Dernière modification par Grand intendant (13-03-2018 22:38:27)


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#16 14-03-2018 00:28:04

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 109

Re : [Terminé] L'Affaire...

La cohorte de Lord Hogarth arriva enfin à la capitale. Le groupe se dirigea rapidement vers le tribunal.
La salle était déjà pleine de pairs connus du Seigneur Hogarth et d'autres seigneurs surement là pour regarder le procès.
Hogarth s'interrogeait sur les avancées et prit la peine de murmurer en demandant autour de lui où l'affaire en était.
Il apprit que le grand intendant avait demandé si on actait la liste des pairs sur laquelle à priori il ne figurait pas.

Il se leva et s'adressa au grand Intendant :

- Grand Intendant... il se racla la gorge.
- Seigneur Hogarth, Duc provisoire du duché de Kronenbag, je suis inquiet de ne point avoir été cité au registre des pairs présents au procès malgré une missive que vous avez du recevoir il y a peu de temps et vous assurant de ma présence icelieu.

Il adorait arborer cette arrogance en lieu et place de la capitale pour montrer sa force et sa persuasion face à de petites gens se prenant pour des seigneurs et certains se prenant même pour des pairs de l'île juste parce qu'ils ont un grade débutant de comte ou comtesse. Cela le faisait beaucoup rire malgré son âge avancé.

- Je suis donc bien présent comme vous pouvez le constater.

Il balança son bras droit du bas gauche vers le haut à droite comme pour montrer à la foule sa présence. Puis il continua.

- Je ne conteste pas les noms des pairs énoncés icelieu mais j'aimerai cependant y voir apparaître le mien si cela vous sied cher grand intendant

Il prit siège en attendant de voir la suite des événements et en retirant son manteau de voyage tout en souriant en direction du grand intendant.


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

#17 15-03-2018 09:47:49

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

Une lettre....bien sur...

L'intendant écouta chaque mots, en détachant et en appréciant chaque syllabes. Oui la lettre avait été reçu, celle là et d'autre. Mais il suffisait de se contenter des promesses des puissants quand c'est d'actes et de présence dont l'île avait besoin. Mais le Sieur Hogarth était aujourd'hui rendu et voilà une chose qui n'était pas mauvaise. De l'arrogance ? Un excès d'assurance ? Grand bien fasse il ne lui appartenait pas à lui, l'intendant de juger ou de peser.

-Seigneur Horgarth, votre présence honore les maisons présente quand bien même elles en soient consciente ou pas. Bien entendu votre nom sera ajouté à cette liste....

Le grand intendant regarda l'assemblée une dernière fois cherchant des mains levées...

-Bien que cela soit ainsi. La liste des Pairs s'allonge et se ferme au sujet qui nous importe.

  Sire Geoffroy Grand maîstre de l'Armée des Anges
  Le seigneur Kern Saurion de Nochtera
  Le Comte Celedir Dolassien Comte de Boemauth
  Dame Passion Delacroix de la Maison Delacroix
  Le Comte Adil Gordion Comte d'Aljais
  et enfin
  Sieur Hogarth, Duc de Kronenbag...provisoire...

L'intendant ne put s'empêcher d'avoir une pensée pour le sieur Archos d'Eolias...manquant à l'appel et rendant son titre pour l'heure...

-Il vous appartiens désormais de faire le choix du premier pair, celui qui sera juge et arbitre de l'affaire...

Dernière modification par Grand intendant (15-03-2018 09:49:10)


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#18 16-03-2018 14:52:44

Haber Doxey
RPiste
Inscription : 01-10-2017
Messages : 12

Re : [Terminé] L'Affaire...

La porte du tribunal s’ouvrit alors dans un grand fracas. Un homme de taille moyenne mais à la forte corpulence pénétra dans la salle d’audience. Sa barbe mal taillée éructa quelques sons que personne ne comprit. L’innoportun semblait un peu égaré dans cette gigantesque salle aux murs boisés finement décorés.

« Je suis encore en retard, on dirait ? C’est toujours comme ça ! Déjà, la dernière fois…j’étais arrivé avec deux jours de retard. » Il s’approcha de la chaire de l’intendant et dit en souriant malicieusement : A l’époque, j’étais l’accusé !

Une telle insolence ne pouvait provenir que du Seigneur Doxey. Ceux qui le connaissaient, l'identifièrent directement. Ceux qui en avaient entendu parler, purent facilement se douter qu'il s'agissait de lui. Sa réputation le précédait souvent. D’un clin d’œil, il salua l’intendant et poursuivit son chemin pour aller s’installer sur les bancs du tribunal.

J’imagine que j’arrive trop tard pour réclamer de siéger parmi les pairs. C’est dommage, en matière de procès, je m’y connais ! Mais… vous m’autoriserez bien à être spectateur ? s’exclafa-t-il. Je l’ai bien mérité, ça a été l’enfer pour rentrer dans la capitale. Je sais pas ce que vous avez foutu, mais obliger un vieil homme comme moi à m’infiltrer dans les murs de la ville à la manière d’un contrebandier…

Alors que les membres présents étaient stupéfaits par le numéro de l’ancien corsaire, celui-ci fut pris d’une toux violente qui interrompit son numéro. Il cracha un énorme glaviot par terre qu’il essuya sous sa botte. Devant les regards médusés, il reprit d’un ton calme « J’ai raté quelque chose ? Je n’ai pas manqué d’exécution, j’espère. »

Il marqua un silence, avant de s’asseoir, puis aussitôt de se relever : « oh pardon, je ne me suis pas présenté : Haber Doxey, seigneur de Forgevaux et par je ne sais quel malentendu, Comte de Pierrebonte. …Dans le duché…de Jad… »

L’homme exagérait manifestement son caractère bourru et provocateur. Il avait en lui toute conscience de la gravité de la situation. Il avait peu connu Mathias de Boemauth mais il en avait beaucoup entendu parler. En bien, et en mal, preuve que le personnage avait compté dans l’histoire de cette île. Les relations ambigues qu’Haber Doxey entretenait avec l’armée des anges le plongeait dans la plus grande circonspection face aux événements récents et il ne savait que penser de la disparition du chef de la Maison Boemauth.

Mais surtout, Doxey était mal à l’aise à l’idée de se rendre à la capitale et de participer au procès. D’abord, parce qu’il avait gardé de sa vie de corsaire, une propension à la paranoïa qui lui faisait éviter les foules et les lieux clos. Ensuite, parce qu’il n’exécrait rien de plus que les simulacres de justice auxquels l’Empire l’avait habitué et que les seigneurs de Terre Noire avait cru bon de plagier sur le système de ces tribunaux. Néanmoins, une part de lui, espérait qu’il n’était pas arrivé trop tard et qu’il puisse encore être désigné pour prendre part au jury. Si tel n’était pas le cas, toute sa gouaille serait alors fort utile pour peser tout de même sur le procès, se promettait-il.

Dernière modification par Haber Doxey (16-03-2018 14:53:45)

Hors ligne

#19 17-03-2018 10:56:30

Di Mandragori
RPiste
Inscription : 29-11-2017
Messages : 142

Re : [Terminé] L'Affaire...

Un jeune homme blond, bien tourné de sa personne,  aux manières de cour, distribuant sourires et belles paroles s'était installé assez discrètement dans la salle.

Le capitaine de la garde, innocent un peu fat, mais sûrement pas mauvais bougre, portait tenue resplendissante arborant la vigne Mandragore en broderie sur le pourpoint.

Il bavardait soto voce avec un vieux rabougri à lunette, alors qu'un petit page se tenait à leur disposition, ses grands yeux de préadolescent et sa grâce d'androgyne enfance  lui valant d'être à sa place partout.

Le capitaine Albédo aurait bien salué le duc d'Agantila, mais il aurait du mal à attirer l'attention parmi toutes ces fortes personnalités qui s'écrasaient mutuellement.

C'est alors que le jeune homme candide remarqua au milieux des ronces et des épines de ce parterre de brutes, étincelante de lumière et de grâce, une fleur dont la voix l'enchanta aussi.

La rose blanche venait de captiver l'attention  du malheureux jeune homme, qui venait de voir s'incarner toutes les belles chanson d'amour courtois en la personne de Passion Delacroix.

Aveuglé de tant de grâce et d'éclat déjà, il n'avait pas même songé aux épines.


•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•
Belladones y Mandragores. Pavots et Digitales.
La beauté envoutante des fleurs du mal...
•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•

Hors ligne

#20 17-03-2018 15:11:46

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 109

Re : [Terminé] L'Affaire...

L'arrivée saugrenue du sieur, si tel était un titre pour un malfrat reconnu, Haber Doxey qui se prit à plaisanter sur son hypothétique accès aux pouvoir de Comte et Pair sur un comté de Jad, était comme à son accoutumé remarquée. Était-il ivre? cela n'aurait pas été la première fois qu'il se présenta ainsi. Hogarth se souvint de son procès qui, lui-même avait été une supercherie, et dans lequel Doxey a eu la vie épargnée malgré ses actes de barbarie.

Après l'allocution de ce personnage, Hogarth se racla la gorge le point serré devant sa bouche et marmona tout haut :

- On laisse vraiment n'importe qui devenir comte sur cette île tête baissée vers le bas

Hogarth pensa alors... Et pourquoi pas le faire assassiné. après tout un grand homme a été tué alors qu'un mafrat se pavane icelieu... ?
Cette pensée s'arrêta nette quand il fit interrompu dans ses songes


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

#21 19-03-2018 08:53:41

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

L'intendant écarta les mains levant les yeux sur les plafonds peints de la salle.

-Seigneur Haber Doxey... Vous demandez donc à joindre la pairie, à pouvoir prendre part à ce procés. Vous manifestez le désir avoué de juger ...
Et vous le faites avec nonchalance, irrespect, au moment ou l'île manque le plus de dignité. Vous arrivez, foulant au pas ce sol faiseur de lois, a demi-saoul, en voulant nous faire croire qu'il serait juste qu'un tel homme, vous même, se joigne à l'un des épisodes nécessitant le plus de qualité morale, de l'histoire de notre temps ? Une telle approche seigneur Comte, devrait être qualifiée d'insulte à la mémoire de l'homme dont la pairie se doit d'élucider le mystère sa mort.
Mais voilà, je n'ai pas de raisons de vous empêcher d'avoir la prétention qui est votre de vous joindre au pairs figurant déjà au registre. Si l'assemblée le souhaite, quelle le dise ou se taise.

L'intendant chercha du regard, une main, de l'oreille, une voix.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#22 19-03-2018 17:20:51

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 109

Re : [Terminé] L'Affaire...

La couardise de ce pseudo Comte donnait une mauvaise image au reste de la seigneurie de cette île quant à sa gouvernance et ses homme de pouvoirs.
Les pairs ne pourraient pas tolérer la présence de ce charlatant autrefois bandit, coupable de tueries et de nombreux pillage et qui a fini accusé et enfin relaxé par on ne sait quel miracle et a enfin fini Comte de Pierrebonte. Cette vaste plaisanterie ne pouvait plus durer... Et vu que le grand intendant laissait la possibilité de s'exprimer, Hogarth se leva.

- Pairs de l'île, moi Lord Hogarth Duc provisoire de Kronenbag, m'insurge face à la présence de ce pseudo comte de Pierrebonte qui n'a point mérité tel honneur et titre au sein des rangs des pairs. Je demande l'exclusion de cet ancien criminel de guerre qui a été innocenté par on ne sait quel miracle ou autre magie après avoir commis des meurtres et des pillages contre les pairs présents icelieu. Je récuse donc ce pair à assister à l'audience. Il ne mérite pas sa palace parmi nous !

Il reprit sa respiration et son teint qui devenait rougeâtre à cause de sa colère montante, redevint normale. Ce Haber Doxey l'énervait au plus haut point et son arrogance rajoutait de l'huile sur le feu.

Il se rassit et attendit de voir si d'autre allaient aussi se soulever et voter pour l'expulsion de ce charlatant

Dernière modification par Lord Hogarth (19-03-2018 17:21:39)


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

#23 19-03-2018 21:23:46

Geoffroy
RPiste
Inscription : 01-10-2017
Messages : 57

Re : [Terminé] L'Affaire...

Le barbu était resté parfaitement de marbre, impassible, lors du passage du Seigneur Kern Saurion. Cet individu ne méritait même pas qu'il daigne s'attarder sur sa présence icelieu. Point de sourire, les traits fermés, le Grand Maistre des Anges s'était rassis lorsque le Grand Intendant avait pris acte de sa proposition de siéger parmi les pairs, puis il suivit donc les divers échanges se faisant, jusqu'à l'arrivée d'un individu qu'il ne connaissait guère mais qui se présentait comme un ancien détenu ? Comment un ancien accusé pouvait parvenir à se prétendre Seigneur d'un lopin de terre ? C'était bien là le problème de cette île, n'importe qui au final s'autoproclamait Seigneur du Coinpomé et les préceptes de la noblesse était si facilement oublié, ou du moins effacés par une vie de péchés, sans loyauté, sans dignité. Bref, Geoffroy observait en silence, n'en pensant pas moins pour autant, avant d'entendre les dernières paroles du Lord Hogarth.

- "Peu m'importe sa présence, du moment qu'il sait tenir sa langue pour nostre part. Il est par contre hors de question que cet homme intègre la chambre des Pairs pour ce procès."

Il était clairement hors de question de l'entendre parler ou s'amuser à commenter toutes les décisions prises, participer aux débats sans y être convié, en bref, il n'était pas contre la présence de quiconque icelieu, du moment que le respect était de mise et que l'ordre était maintenu. D'ailleurs, il avait toute une panoplie d'idées pour faire respecter l'ordre si le Grand Intendant avait besoin de ça.

- "Nous souhaitons également nous proposer en tant que Premier Pairs, nous pensant en nostre qualité de Grand Maistre de l'Armée des Anges, bien plus en droit de traiter de cette affaire étant donné qu'elle concerne la mort de nostre feu précédent Grand Maistre et son épouse."

Il avait prononcé ces mots calmement et distinctement, de sorte que même un poivrot puisse comprendre ce qu'il disait, c'est à dire même un Saurion par exemple. Il n'imaginait pas de toute façon que cette affaire soit jugé en dehors de sa propre citadelle, si cela concernait uniquement des Anges d'ailleurs, il exigera de régler ceci en interne directement au sein même de sa citadelle. Mais pour l'heure, il comptait bien user de tact et entendre chacun des membres ci présents pour se faire une idée de ce qui avait bien pu se passer avec le plus de détails possibles. Maintenant, il était pressé de pouvoir s'entretenir avec les Pairs et lever enfin le voile sur cette affaire.

Hors ligne

#24 19-03-2018 21:46:18

Lord Hogarth
RPiste
Inscription : 25-09-2017
Messages : 109

Re : [Terminé] L'Affaire...

Les débats étaient déjà lancés sans même attendre que tous les pairs fussent présents au tribunal. Le premier à se proposer était un nouveau pair de l'île, un jeu brigand probablement une certaine notoriété qui serait somme toute, et comme dans beaucoup des cas, vagabonde. Et comment un jeune présomptueux peut-il même penser à être juge de ses pairs plus âgé et plus sage que ce jeune sans expérience. Hogarth se leva donc à son tour afin de se positionner. Il comptait bien sur son expérience et sa notoriété pour remporter ce siège de juge.

- Moi, Lord Hogarth, je me propose au poste de juge pour ce procès. Feu le Seigneur Mathias de Boemauth fût un grand ami et allié depuis des décennies. Il va de soit qu'en tant que plus proche allié de la maison ange, je me porte candidat à ce poste et jure solennellement de faire connaître la vérité et par le jugement des pairs ici présents, le faire condamner à mort et cela, quel que soit celui qui sera nommé coupable. Je le jure devant cette assemblée et devant Navas.

Hogarth se rassit en souriant en direction du jeune pair qui avait oublié de prêter serment devant les pairs et de promettre devant Navas son impartialité. "Ces jeunes..." pensait Hogarth.... il suffisait pour eux de se croire pair pour en être un.. il ne connaissait pas toutes les coutumes de cette île et sa jeunesse et son manque d'expérience lui ferai défaut.

Dernière modification par Lord Hogarth (19-03-2018 21:46:48)


hogart10.png
Inter Arma Enim Silent Leges

Hors ligne

#25 20-03-2018 21:47:27

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] L'Affaire...

-Très bien, nous avons donc deux postulants pour l'heure. Il semble évident de compter chacune des voix de ces deux éminents seigneurs comme acquises à leur propre cause.
Sieur Hogarth, une voix
Sieur Geoffroy, une voix
Nous attendrons donc que les autres pairs s'expriment à leur tour.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

Pied de page des forums