Nous sommes en l'an de grâce :
976

Vous n'êtes pas identifié(e).

Communauté de Terre Noire

#1 06-01-2018 11:21:43

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

[Terminé] Second Concile

Début du mois d'Aluna, An 976
11 jours avant Célébration Sphonienne
3 jours avant l'Affaire



Elle avait eu une discussion interminable avec le grand intendant. Son époux à peine enterré, l'intendant lui avait fortement déconseillé de se livrer à un tel exercice. Il avait dans un premier temps essayé de lui faire entendre raison par ces mots:

"Votre maison et vous même n'êtes pas en position de vous défendre face au pairs. Certains tenteront assurément de vous déstabiliser, peut-être même de discuter votre droit au titre du Duché de Jad. Vous n'avez pas assez d'alliés à l'agora, C'est une cage au lion..."

Il avait argumenté de longues minutes mais rien n'y avait fait.

"Ma maison n'est pas morte et il m'incombe de faire battre son cœur, entendre sa voix..."

Aussi, lorsqu'elle pénétra dans l'édifice, le silence fut de mise. Helene avait ôté son voile de deuil mais gardait sur ses robes la couleur de mise. Elle avançait à pas lent. Elle pouvait lire sur les visages et les lèvres les doutes s'exprimer.

Ou allait-elle s'asseoir ? Allait-elle prendre là chair de la régence. Intérieurement elle s'en amusait, ralentissant encore ses pas pour prolonger l'incertitude. Mais c'est à la droite de l'intendance, dans la loge du duché qu'elle prit place. Helen laissa encore quelques instants le silence se faufiler au travers des bancs, puis, demandant l'accords de l'intendant, elle se leva et s'adressa à l'assemblée.

"Pairs de l'île, la séance s'ouvre sur une proposition de ma maison. L'agora ne semble pas endosser son rôle, nous avons bien l'intention de l'y contraindre. C'est de l'autorité de mon duché, que je demande que les points suivant soient abordés:
    Qu'elle est le souhait des pairs quand à la gouvernance de l'île ?
   Les pairs valident-t-ils une transition administrativede la gestion des affaires de l'île ?
   Si comme on l'entend dans les couloirs, une flotte Dacre s'avance, comment convient-ils de l'accueillir ?

Puis regardant la loge d'Inshoel, "Qu'elle doit être la relation entre le gouvernorat et les religions de l'île ? "

Puis, le visage froid elle reprit sa place.


8f88.jpg

Hors ligne

#2 10-01-2018 19:40:33

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : [Terminé] Second Concile

Le cachet de cire craqua sous les doigts de la dame de Boemauth. Lorsqu'elle lut la missive aucun traits de son minois de silla.
Puis, enfin, elle jeta un œil d'abord discret au sieur de Bellessort. Puis forçant le regard elle le fixa plus longuement, plus franchement. Elle interpella ses gens dans un semblant de messe basse, pour qu'ils regardent à leurs tours l'émetteur du message.
Assurée que son intention fut remarqué par les bancs qui la scrutaient, elle fit un signe d'acquiescement à Ban.


8f88.jpg

Hors ligne

#3 14-01-2018 11:20:22

Di Mandragori
RPiste
Inscription : 29-11-2017
Messages : 142

Re : [Terminé] Second Concile

L'agora, le haut lieu de Caspellis, bruissait à nouveau de tout les froufrous des riches étoffes des Seigneurs de Terre Noire, qui étouffaient les messes basses, et s'interrompaient parfois sur un éclat de voix vite réprimé..
Il semblait parfois à Belladona, que chacun avait à coeur de paraître riche et puissant à proportion inverse de ce qu'il en était réellement.

Les petits maîtres de fiefs perdus dans les montagnes, dont on ignorait jusqu'au nom s'agitaient dans la foule qui se pressait dans la partie publique, se remarquant par leur mise criarde et souvent démodée.

D'autres silhouettes, discrètes passaient d'un groupe à l'autre, sans en avoir l'air, créant sur leur passage de légères bulles de silence tout relatif.

La Mandragori était dans ce public disparate, et c'était plus par sa séduction rare en ces lieux qu'elle se faisait remarquer. Ce qui empêchait bien souvent ses rassemblements à majorité fortement masculine d'imaginer que derrière ce regard de velours et ce front blanc comme un lys virginal, la flamme dangereuse de l'intelligence  affamait cet esprit là.

La Dame du bourg de Pontsel se plaça discrètement de manière à avoir une vue d'ensemble sur les ducs. Dans le dos des indépendantistes elle pouvait ainsi observer les autres groupes qui se rassemblaient.

Elle chercha des yeux dans la foule le comte Gillian de Saagen, mais ne le remarqua pas pour l'heure.
Puis attendit patiemment de voir son duc à l'oeuvre en ces lieux. Le fameux duc d'Agentila, celui qu'à mi-voix on nommait le forban.

Si la situation politique et militaire de l'île n'était présentement si préoccupante nul doute qu'elle eusse trouvé matière à se divertir ici.

Dernière modification par Di Mandragori (14-01-2018 11:21:21)


•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•
Belladones y Mandragores. Pavots et Digitales.
La beauté envoutante des fleurs du mal...
•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•

Hors ligne

#4 17-01-2018 09:02:32

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] Second Concile

Quand il prit place sur sa chair, l'intendant demanda l'attention des pairs. Il avait les traits tirés, mais en bon pratiquant des codes, il parvenait tout de même à faire bonne figure.

"Hommage à vous pairs de l'île. Félicitons nous de cette vie que nous impulsons de nouveau à cette belle assemblée. Il vous appartiens de débattre des points évoqués précédemment. Je tiens pour ma part à évoquer l'évolution de la tâche que vous m'avez confié. Grand bien nous fasse que si la gouvernance de l'île est désormais vacante, les gens de cette administration n'ont pas faiblit. Si pour l'heure nous n'avons pas encore avec certitude l'identité des commanditaires de l'assassinat de la régence, nous nous en approchons. Bientôt nous serons en mesure de vous révéler l'identité de ces derniers. Toutefois cela ne devrait pas tarder. En réalité il nous reste à définir si cette acte a été concerté par plusieurs acteurs ou un seul. Nous ne pouvons que vous confier pour l'instant, que celui ou ceux qui ont commis cette atrocité a ou ont prit soins de se protéger finement de nos gens. Seigneurs, dans trois jours je reviendrais vers vous pour vous présenter mes conclusions et soumettre à vos voix mon rapport."

Il se rassit , palpant la fraicheur de l'athmosphère dont il était responsable.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#5 19-01-2018 22:06:26

Passion Delacroix
Nouveau sur TN
Inscription : 01-10-2017
Messages : 224

Re : [Terminé] Second Concile

Click Music : https://www.youtube.com/watch?v=NiuHu-KqhH4



Le parcourt de la Rose l’amena à nouveau à la capitale, lieu où elle n’aurait jamais dû mettre pourtant les pieds et son oncle la punirait lourdement lorsqu’il l’apprendrait car il l’apprendrait, cela était une certitude, même s’il s’en dérogerait tous les avantages par la suite. Sa nièce n’avait guère le choix, il lui fallait entrer dans la lumière pour le bien de son fief et de ses gens suite à l’insulte qu’avait fait son oncle en n’étant pas présent aux funérailles. Ainsi, elle y avait mené ses pas dès qu’elle avait appris qu’un nouveau concile aurait lieu. Par le passé son l’oncle l’avait mandatée comme étant sa représentante aux côtés de son secrétaire, bien qu’elle eût pour ordre de rester silencieuse et docilement assise à côté de celui qui était son porte-parole. Son rôle était de tout enregistrer pour lui en faire un compte-rendu précis. Aussi endossait-elle à nouveau ce rôle même s’il n’avait pas précisé si cela se devait d’être permanent ou pas mais cette fois, Passion ne pourrait pas profiter de la discrétion de son voile.

Assise au même endroit que la première fois, la fille Delacroix restait pour l’instant sagement assise observant les grands de ce monde entrer les uns après les autres, écoutant les bribes de conversation. Telle une statue aux découpes fantomatiques, la créature semblait inanimée. Soudain, l’entrée d’une personne l’éveilla. Au travers de la dentelle crème une ombre, dont le regard suivit la Veuve du Régent mis récemment en terre, la tête accompagna la lente ascension avec un intérêt appuyé. Puis la séance fut ouverte et avant que les Seigneur ne commencent à jouer de leur présence pour se positionner devant le pouvoir, la demoiselle se leva de son siège, cela n’avait pas suffit à faire tourner les têtes vers elle. Passion se savait de peu d’intérêts, mais ce jour son objectif était de se faire connaitre et ainsi écarter tout mauvais intérêt que la faute de son oncle aurait pu faire tourner vers eux. Passion avait choisi la stratégie de faire du bruit pour mieux se faire oublier. Elle avait grand besoin de discrétion, il était trop tôt pour sortir pleinement de l’ombre.

Alors elle descendit du son rang afin de se trouver un peu plus au-devant. Passion s’effaça dans une profonde révérence en direction d’Hélène de Boemauth. Sa robe de brocard d’un azur chatoyant faisant corole autour d’elle et sous sa soumission émettant le son des feuilles que l’on froisse. Son long voile toucha le sol alors que sa tête s’inclinait de même et une voix en sortie, le timbre noble, le timbre d’une pureté cristalline :


« Nous, Passion Delacroix ainsi que toute ma maison, vous présentons toutes nos condoléances. Au nom de la fidélité qu’avaient mes parents, aujourd’hui disparus, pour vostre cher époux ainsi qu’au nom de mon oncle Aldabert Ormond, mon tuteur et actuel Régent sur nostre Comté de Luvidia que nous représentons, nous mandons pardon à vostre Grace pour nostre absence lors des funérailles. De fait, mon cher oncle se trouvait alors bien malade, sa personne se trouvant encore en convalescence, je me présente moi mesme à vostre Grace afin de transmettre nostre affliction et nostre bénédiction. »


Se redressant enfin, Passion dévoila par ses jeunes mains son visage en faisant basculer la dentelle de la droite vers la gauche. Tous purent alors constater les traits juvéniles de l’enfant Delacroix, le délicat de sa peau nacrée ainsi que la jeunesse de ses joues rosées perlant jusqu’à ses lèvres en bouton. Les yeux frangés de blond laissaient deviner sa chevelure angélique et son profond regard océan brillait d’une lueur bien trop calculatrice pour la grande jeunesse qui venait de se trahir. L’enfant, du haut de ses quatorze ans, s’était ainsi redressée et montrait une humilité de façade. Elle avait décidé de ne pas s’étendre sur les raisons de l’absence de son oncle poussé par la folie. L’on ne pouvait guère douter de ce que faisait entendre son discours car son appartenance à quelque groupuscule que ce soit n’était guère connu si ce n’est que ses parents avaient toujours été d’une grande fidélité au Régent.

Ne désirant point garder sur elle l’attention de tous, la jeune fille retourna à sa place et d’un mouvement fier, se rassit en prenant soin à ce que sa robe soit parfaitement étalée sur le banc. Elle clôtura sa mise en déposant sur ses genoux, ses deux mains délicates enserrées dans de petits gants. Tout en la Delacroix exprimait la perfection de son éducation et l’économie qu’elle faisait de chacun des ses gestes.

Dernière modification par Passion Delacroix (20-01-2018 00:34:06)


Ce qui est connu : Dame de Salpuy et Dame du Comté de Luvida par la Régence de son Oncle, Aldabert Ormond.
Ce qui n'est pas connu : Fidèle des Ombres de Sphonie sous le nom de La Rose Blanche.

Hors ligne

#6 20-01-2018 00:36:14

Adil Gordion
RPiste
Inscription : 29-12-2017
Messages : 72

Re : [Terminé] Second Concile

J’étais prodigieusement agacé par le faite que l’intendant n’ait pas répondu à ma demande de convoquer l’agora. Et le faite que dame Helene de Boemauth en ait profité pour en ouvrir une n’arrangeait rien. Mais bon, la vie étée ainsi faite. D’ailleurs l’intendant il est vrai avait beaucoup mieux à faire. Et Dame Helene de Boemauth était tous aussi bien placé que lui pour prendre la parole après tous. De plus l’important était de faire avancer les choses. Ce qui était fait ne pouvait être défait et il fallait passer outre ses petits tracas personnels pour faire avancer le monde. Je me levai donc et m’éclaircit la gorge afin d’attirer l’attention avant de prendre la parole
Bordel pourquoi j'avais toujours autant la trouille avant de prendre la parole devant cette assemblé? Ce n’est pas comme si c'était la première fois. Fut un temps où je la présidais même. Alors pourquoi j'avais toujours ce nœud à l'estomac avant de prendre la parole?

"Mes Seigneurs dans un premier temps je tenais comme vous à présenter mes condoléances à Dame Helene de Boemauth pour la perte tragique de notre regretté gouverneur. Il laisse un grand vide tant il a fait pour nous tous. Et je vous apporte tous mon soutien dans votre prise de fonction en tant que duchesse.

Cependant dans votre discours d’introduction il y a un point qui m’a interpelé. Tous d’abord lors de la première assemblée auquel je n’ai malheureusement pas pu participé on m’a rapporté qu’une première résolution avait été votée à une large majorité. Cette dernière décidait de la création d’un gouvernement provisoire composé des cinq ducs dont vous faites désormais partie. Mes gens auraient-ils mal interprété la dernière séance ?
Si le gouvernement provisoire a bien été voté en tant que  ministre des Finances et de la politique  je me soumets à la décision de l’agora et reconnais l'autorité du gouvernement provisoire formé par les ducs. Sinon je demande un vote pour qu’un tel gouvernement soit formé.

Et j’irais même plus loin !

Nombres d'entre vous me connaisse depuis longue date. Et pour les autres, sachez que je suis Adil Gordion. Si je n'ai jamais pris parti, je me suis toujours battu pour ce que j'estimais le bien de l'ile, de notre ile!

Pour ceux qui s'en souviennent encore le gouvernement de feu Mathias était prévu dès le départ pour n'être qu'une transition dans la période sombre que nous traversions. Je ne prétends pas que nous sommes sortis de cette période. Mais comme nous l'avions décidé, il est désormais temps de rendre son pouvoir à cette assemblée. La mort du gouverneur n'a au final qu'accéléré les choses et nous oblige à prouver que nous sommes dignes de la tâche qui nous incombe désormais.

Je propose donc de regrouper les différents seigneurs de l'ile de bonne volonté afin de mettre en place des groupes de travaillent sur les différents aspects de notre gouvernance. Ces groupes devront soumettre leurs propositions à l'agora qui en débattra puis les ratifiera ou non.

Le premier groupe, le plus urgent devra établir les règles de fonctionnement de cette assemblée.
Qui prend la parole? Pour combien de temps? Sous quelle condition? Qui peut siéger à cette assemblée? Qui et comment l'on peut en être exclu? Quel est le statut des ducs, des comptes, des seigneurs? Qui peut lancer un projet de loi? Un Débat? Combien de temps dure-t-il? Combien de temps le vote dure-t-il (HRP: sous des propositions RP vous pouvez en faire des HRP pour la vraie vie/HRP)?

 
Un second groupe de travail en complément du premier pourra travailler sur le statut du président de l'agora.
Comment est-il choisi? Combien de temps? Quelles sont c'est droits et devoirs? Comment mène-t-il les débats? Comment Assur t-il l'intégrité de l'agora?

 
Le troisième groupe le plus important, mais aussi le plus difficile et long à mettre en place devra travailler sur le statut du nouveau gouvernement.

 
Comment est élu le gouverneur?  Qui peut se présenter? Qui ou quoi contrôle le bon déroulement de l'élection? Combien de temps le Gouverneur est-il élu? Qu'elle est l'étendue de ces compétences et de celle de son gouvernement? Comment décide-t-on d'une situation d'urgence? Qu’elles sont alors c'est droit?

De plus je recommande de reconduire le seigneur Archos dans sa charge sous la tutelle du gouvernement provisoire que l’agora aura choisi. Les anges ont toujours à travers leurs histoires prouvé leurs inaltérables loyautés au gouvernement légitime. Et nous avons besoin de cette honorable armée de notre côté pour maintenir l'ordre et assurer notre sécurité. Tout gouvernement à besoin d'une armée."

Dis-je en écartant les bras devant ce que je pensais une évidence. Avant de reprendre mon souffle et la parole. Ma voix devenant de plus en plus forte après chaque phrase.

"Bref vous l'aurez surement comprit je vous invite à écrire ensemble les premières pages de  notre avenir commun. Je ne prétends pas que cela sera facile! Je ne prétends pas que nous en verrons le bout de notre vivant. Mais nous avons le devoir d'essayer. De faire les premiers pas qui nous permettront de prendre notre place dans ce monde. De nous organiser pour surmonter les obstacles que l'avenir pourra dresser contre nous."

Dis-je en pensant à cette rumeur qui enflait d'une invasion Dacre en préparation.

"Et cet avenir! Je vous en fais la promesse! Je ferais tous pour qu'il s'écrive dans la sueur et l'effort et non dans le sang et les larmes! Mais pour ça j'ai besoin de vous! L'agora a besoin de vous! Votre gouvernement a besoin de vous!! »

Conclus-je criant presque sur cette dernière phrase. Et me rendant compte un peu tard que je m’étais un peu emballé. La mort de Mathias m'affectait plus que je voulais bien le reconnaitre. Mais J'avais bon espoir qu'au moins l'un des seigneurs ou dame présent ce lève pour soutenir mon projet incitant d'autre à en faire de même. Il ne m'en fallait finalement qu'une poignée. Et ma proposition avait de quoi occuper les seigneurs en discussion pour un bon moment rien que pour se mettre d’accord sur l’organisation. Pourtant je n’avais pas encore tout à fait fini. Je repris alors la parole d’une vois plus calme.

« Duchesse de Jad c’est ainsi je pense que nous pourrons le mieux accueillir une flotte qui approcherait. Bien organisé et unis derrière un gouvernement légitiment et reconnu par le plus grand nombre. Mais nous devons également en savoir plus sur ce qui se prépare. Afin de savoir à quoi nous attendre. Et pour commencer, nous devons éclaircir certains points.

Pourquoi l’inquisiteur s’est-il fait le porte-parole du roi ? Pourquoi annoncer l’arrivée d’une flotte à ce moment-là ? Pourquoi le roi l’a-t-il nommé notre gouverneur père du Royaume ? De quel royaume ? De quel droit ? Comment le roi a écrit cette lettre avant un évènement qui n’avait pas encore eu lieu ?

Ne pensez-vous pas que ces questions méritent d’être posées à l’inquisiteur ? Peut-être pourrait-il d’ailleurs nous en dire plus sur le but de cette flotte ? À votre avis comment faut-il aborder ces sujets avec lui ?

Pour finir Grand intendant, j’attends vos conclusions avec grande impatience.

Dis-je avant de finir mon discours. J’avais bien conscience que cela fessait beaucoup pour un seul discours. Mais je tenais à aborder ce dernier point moi-même et rapidement. Je savais que les adversaires de la récente duchesse de Jad aiguisaient déjà leurs arguments. Ils ne c’étaient d’ailleurs pas privé de me les faire connaitre pour tenter de me convaincre de rejoindre leur causent. Il fallait donc mieux couper l’herbe sous le pied à toutes polémiques ou rumeur. En tournant les regards vers l’inquisiteur uniquement tous en tentant d’apporter des réponses à des questions certes légitimes. Mais qui nécessitait de la diplomatie. Or le rapprochement récent de la duchesse avec l’inquisiteur la mettait dans la meilleure position pour y répondre.

Restant debout j’attendis la réponse De la Duchesse et des nobles présents.

Dernière modification par Adil Gordion (20-01-2018 00:38:51)

Hors ligne

#7 20-01-2018 15:57:36

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : [Terminé] Second Concile

La Dame de Boemauth fut tirée de sa contemplation par cet ange s'inclinant devant elle dans un froissement de soie.
Elle observa ce minois cherchant dans sa mémoire, un nom, une armoiries. A cet instant une de ses dames se pencha vers elle. Helene acquiesça.
La jeune damoiselle présenta ses hommages. Elle ne semblait pas extrêmement à l'aise dans l'exercice. Helene s'amusa de cette fragilité apparente.
Voila une jeune Dame jouant à un jeu nouveau. Elle prenait à cœur sa maison et découvrait les enjeux de sa place. La duchesse de Jad aimait cela.
Alors qu'elle s'apprêtait à recevoir l'hommage, la demoiselle si fragile avait déjà tourné le dos, perdue dans ses pensées.
Helene réprima un gloussement avant de faire écrire une note par ses suivantes.

Nous Duchesse de Jad, mère de la maison de Boemauth, recevons votre hommage. Que votre maison soit prospère. Que vos parents prennent lieue qu'elle est en amitié avec ma lignée...

Alors que le plis était apporté la servante glissa à l'oreille de Passion de la Croix ce dernier mots.

"Nostre Dame souhaiterait votre compagnie, elle est enthousiaste à l'idée de rencontrer vostre personne, quand il vous conviendra bien sur..."

Pendant ce temps, la duchesse de Jad écoutait les premiers mots du sieur Adil Gordion... Dés les premiers claquement de langue elle sut que cette intervention ne serait pas de son goût. Il lui apparaissait u fil des mots que se présentait là le premier des loups.
Non pas qu'il serait un ennemi, mais plutôt , qu'il était le premier à accepter son ambition.
Helene ne jouerais pas sur ce terrain... Elle laisserait les autres ambitieux s'engouffrer dans le piège.
De plus le sieur Gordion semblait oublier qu'il était délicats de se lancer dans une critique de l'église. Comment " L'inquisiteur " allait-il réagir ? mal probablement.

Mais peut-être la suite de la séance serait surprenante ? L'intendant allait-il se lancer dans un long rappel des point de procédure ?


8f88.jpg

Hors ligne

#8 24-01-2018 12:16:22

Passion Delacroix
Nouveau sur TN
Inscription : 01-10-2017
Messages : 224

Re : [Terminé] Second Concile

Ignorant les passifs entres les différents interlocuteurs, la très jeune fille s’étonna de la prise de paroles du dit Adil Gordion, à ce moment-là précis. Elle ne connaissait guère son nom ni sa position jusqu’à ce qu’il se présente en plein milieu de son long discours. L’homme avait-il été à l’initiative première de l’ouverture de ce Segond Concile ? Damoiselle Passion l’ignorait et s’était ainsi attendue, qu’après l’ouverture du débat par l’Inquisiteur qui lui avait permis de se présenter, que c’était alors à Dame Hélène de répondre. La fille Delacroix pensait en outre, peut-être à tort, que la grande Dame était d’une autorité supérieure à l’homme et que par là même elle avait prééminence pour prendre la parole, surtout que l’on s’était adressée à elle. Ainsi, Passion eu un haussement de sourcil à la vue de celui qui avait coupé l’herbe sous le pied de Dame Hélène mais ne se troubla pas de sa propre maladresse, faisant ses premiers pas dans la Bonne Société.

Passion écouta d’abord attentivement, pour avoir été présente lors du premier Concile qui n’avait guère été une réussite. Elle se demanda de quel discours il parlait, en s’avisant peut-être qu’il s’agissait sûrement des échanges qu’ils avaient eu entre Seigneurs. « Ah ! Nous y voilà… Pensa-t-elle. Ministre des Finances et de la Politique. » En quoi cela consistait-il, se posait-elle la question pour la partie ‘Politique’. La jeune fille souffla intérieurement, son regard déviant sur les différents visages. « Pourquoi ces gens d’un âge certain ne pouvaient jamais se montrer clair et surtout succinct ? Se dit-elle. » Ses pensées allaient bon train, les mots lui venant au fur et à mesure qu’elle perdait pied. « Des groupes de travail, pourquoi pas, c’est ce qui avait toujours été prévu de toute façon. » Et ce qui avait commencé à se profiler mais lié plutôt à des amitiés. Puis vint les règles… Qui pourtant pour l’essentiel existaient déjà. Et finalement Passion décrocha complètement, l’homme parlait une autre langue, mixant le bon François à des parenthèses incompréhensibles et des ordonnances successives et si abruptes qu’elle en avait mal aux oreilles. En plus, l’homme parlait de plus en plus fort, ce qui dérangeait nettement le doux rêve dans lequel la Blanche jeune fille aurait aimé se plonger pour échapper au son tonitruant.

Un bref instant, cela rappela un certain politicien un peu jeune et de taille moyenne qui ne s’exprimait que par point d‘exclamation. Le regard fixé sur ses chausses, Damoiselle Passion fut tirée de sa distraction par un petit mot dont l’écriture était indubitablement féminine. Et un autre mot suivait le pli, celui-là soufflé à son oreille par une petite voix. Relevant la tête, Passion hochât la tête de façon presque imperceptible à l’adresse de la Duchesse de Jad afin de lui exprimer ses remerciements et sa gratitude en un simple regard mais surtout son assentiment. À son tour la blonde gamine répondit à l’oreille de la servante qu’elle acceptait l’honneur que Sa Grâce lui faisait :

« Vos dispositions seront les miennes, termina-t-elle enfin. »

C’était là les jeux de la cour et Passion s’y prêtait avec plaisir. Ces jeux où les liens se nouaient et se dénouaient dans le sang ou pas.
Passion ne se leva pas, ayant perdu le fil alors que peut-être elle aurait pu rejoindre le ‘Comptable’ sur certains points. Alors qu’il tentait de prendre la main sur l’assemblée. D’ailleurs quand le silence se fit, elle eut l’impression de se réveiller et clignant des yeux se pencha sur son secrétaire pour lui demander dans un chuchotis et dont le ton avait cette légèreté que seule les 'blondes' arrivaient à employer:

« Au fait, qui est le maître de séance ? »


Ce qui est connu : Dame de Salpuy et Dame du Comté de Luvida par la Régence de son Oncle, Aldabert Ormond.
Ce qui n'est pas connu : Fidèle des Ombres de Sphonie sous le nom de La Rose Blanche.

Hors ligne

#9 24-01-2018 16:40:43

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] Second Concile

L'intendant laissa finir le sieur Gordion tout en relisant les notes de ses copistes. Il attendit de longues minutes cherchant du regard un orateur potentiel....personne...il s'éclaircit la voix.
-Seigneur Gordion, pairs de l'île, ministre des finances, je pense que l'assemblée vous remerciera de vous soucier à ce point du devenir de l'île. Comme par le passé vous nous offrez là  un regard pointu, précis, mais pas concis... l'intendant sourit, enfin, essaya car voila une chose qui ne lui était pas coutumière. Il réussit presque à se surprendre lui même. Je ne suis ici que le maître de séance, le gardien du protocole en quelque sorte. Mais je suis également pour l'heure le maitre des administration en l'absence de gouvernance, et c'est par ce point que je vais commencer.

Vous semblez penser que le premier concile à prit moult décisions lors de sa séance, hors, rien de tel n'est inscrit dans les comptes rendus de séance. Les pairs, de façon relativement timide il faut le dire, ont décidé d'accepter de...décider. Cependant, en l'absence de gouverneur, l'administration de l'île perdure de façon transitoire. Si l'idée consistant à dire que le gouvernement Boemauth n'était plus légitime à bel et bien était évoqué, aucune motion ne l'a fait tombé. Pour etre plus clairs, le débat n'a mené qu'a une chose, l'agora accepte le principe d'être décisionnaire tout en confortant l'administration actuelle. Je tiens a préciser qu'ici n'est pas dit mon avis mais un rappel des fait. La première séance n'a pas été prolifique et n'a pas amené a de grand travaux de chambre, si je puis dire. Mais la mort du régent pendant sa tenue ainsi que le manque d'exercice politique des temps précédent en sont surement la cause. Seigneur Gordion, pour le bon respect des règles qui sont la seule chose qui tiennent encore les murs, il me semble qu'un rappel règlementaire n'est pas une agression en vers vostre personne.

Ensuite je ne comprend pas que vous ne compreniez pas les règles qui régissent la chambre. Elles sont les mêmes qu'auparavant, celle là même qui vous ont déjà permis en son temps de jouter icelieu. Si toutefois l'assemblée souhaite les modifier, il lui appartient de le faire, il n'existe pas de verrou en l'absence d'application de la prima lega.

Pour conclure, et c'est peut-être ici que je sort de mon rôle, surement à cause de ma proximité avec la famille régente, je tiens a dire ceci : Vous semblez être animé d'une passion agressive envers vos interlocuteurs. Je n'apprécie pas en tant qu'homme instruit l'animosité, fut elle en filigrane, de l'hommage rendu à la Duchesse de Jad.

Je me tiens naturellement à disposition de l'assemblée pour tout appuis réglementaire ou toute chroniques des temps passés.

L'intendant fit silence et reprit ses registres.

Dernière modification par Grand intendant (24-01-2018 16:43:09)


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#10 26-01-2018 21:41:26

Godoric
RPiste
Inscription : 24-03-2015
Messages : 466

Re : [Terminé] Second Concile

L'Agora était en pleine agitation. Les gens débattaient sur divers sujets, du moins c'est ce qui semblait se passer au moment de son arrivé. Au départ, personne n'avait remarqué son entré. Il avait choisi de se faire discret et d'écouter. Mais tout ce qu'il entendait était d'une futilité consternante. Certains parlaient de savoir comment organiser le débat, comment organiser le pouvoir politique. Mais personne ne parlait au fond des véritables problèmes. Au fur et à mesure de ses réflexions, le silence se faisait. On l'avait reconnu. Certains tremblaient en le voyant, vision qui leur rappelait un souvenir douloureux, d'autres faisaient les bravaches, mais dans tous les cas le silence se faisait de plus en plus pesant dans l'espace au fur et à mesure que l'on apprenait qu'il était là. Bientôt, il n'y eu plus un seul bruit. Tout le monde avait les yeux fixé sur Jogar. Certains le voyait pour la première fois et ils ne comprenaient pourquoi cette tension face à cet homme. Mais, ce qu'il y avait de saugrenu était sa tenue. Il portait une tenue militaire et pas civile. Le silence régnant depuis de longues minutes, Jogar décida de se lever. D'un volontairement lent, mais sûr de lui, il se dirigea vers le centre de l'espace pour prendre la parole. Il les regarda tous longuement avant de commencer son discours.

Certains me connaissent ici, nous nous sommes rencontrés sur les champs de batailles. Si vous êtes encore vivant, cela n'est que due à la chance. D'autres me connaissent comme un seigneur protecteur. Mais je ne vais pas perdre mon temps comme vous le faite maintenant. Car oui, sachez le bien,
vous perdez votre temps. A l'heure où je vous parle, votre inquisiteur a accueilli l'armée dacre sur l'île d'après mon service de renseignement. Il lui a conféré les allures d'une sainte armée. Mais au lieu de parler de cela, vous parlez de choses idiotes à l'heure actuelle. L'ennemie est sur l'île et aucun appel à la formation d'un ost n'a été lancé. Aucun appel à la défense de l'île n'a été fait. Aucun appel au renversement du félon inquisiteur n'a été fait. Nous ne savons pas non plus l'attitude de l'armée des Anges et des royalistes face à l'armée qui a débarqué. Mais malgré ces problèmes, vous préférez perdre votre temps en discours inutiles.

Face à l'invasion, et en ma qualité de duc de Lonfort, j'en appel à la formation de l'ost de mon duché et je demande à tous les Sphoniens de l'île de venir grossir l'ost. Toute autre personne voulant protéger l'île est la bienvenue. Si nous ne sommes pas assez nombreux, nous nous battrons quand même. Mieux vos mourir au combat plutôt que de rester là à parler pour ne rien dire.

Je demande aussi la mise aux arrêts de l'inquisiteur pour trahison et pour avoir voulu rallumer les braises des guerres de religions.

Je demande aussi que les citadelles des Anges et des royalistes soient mises sous blocus jusqu'à ce qu'ils aient donné une réponse claire face à la situation.

Je n'ai pas de temps à perdre à écouter vos discours, j'ai une armée à diriger pour défendre ma patrie. Ce que j'espère c'est que vous serez efficace. Je vous laisse mon représentant, il me transmettra tout.

Une fois son discours finit, Jogar remonta en direction de la sortie sous un brouhaha de plus en plus fort à mesure qu'il sortait.


Godoric, nouveau chef de l'Eglise sphoniste pour un nouveau départ et une renaissance de l'île.

Hors ligne

#11 26-01-2018 22:38:36

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : [Terminé] Second Concile

La Duchesse de Jad adoptait désormais un masque sévère. Ce sombre personnage qu'était Joggar avait déroulé son chapelet coutumier, semé le désordre, jeté l'opprobre, et était partit. Ou plutôt s'était enfui, ne s'exposant ainsi pas à la réponse de la raison, celle des lumière sur l'obscurantisme. Elle ne pouvait s'empêcher de prendre la parole. Ils étaient tous là, à s'offusquer telle des marionnettes, sans pour autant que cela fut suivit d'effets.

Elle adressa une requête protocolaire au Grand Intendant qui lui donna la parole.
Des regard intrigués se tournaient vers elle. Nulle ne savait encore vraiment qui elle était, quels étaient ses desseins, ce que seraient ses actes.
Elle s'amusait de voir que les pairs présent étaient encore déstabilisés par le fait de voir une femme au plus hautes fonctions... Avaient-ils déjà oublié le gouverneur Dragonheard ?

-Bien... elle marqua un silence... Il semblerait que les bravades, les discours faciles, les idées simplistes soient de nouveaux honorées en cette assemblée. J'ai peur que ce sinistre serpent qu'est à nos yeux ce personnage ne soit pas, clair et concis, mais bel et bien mal naïf et crédule.
Je ne vais pas être longue car mon cœur a hâte d'entendre vos voix...pairs de l'île...
Ce n'est pas en tant que veuve du plus grand d'entre nous que je tiens mots. C'est au nom de Jad et de ma maison.
Terre Noire est Navasséennes ... Lonfort a été donné à Sphonie pour que la paix soit... voyons se qu'il en reste.

Quand à ces informations... Mes gens m'aurait plutôt rapporté que se sont les Templiers de Navas, comme jadis, qui se sont dirigés vers leur cathédrale, quoi de plus normale... Il serait bon qu'aucun d'entre vous n'oublie ce qu'il doit aux templiers. La sauvegarde ses terre et le sang qu'ils ont versés pour protéger l'île contre les ombres.

Mais il est vrai en revanche que l'on rapporte des Terres de l'Horizons des mouvements de troupes. Il est possible que se soit le Royaume.

Elle voyait les regards et les messes basses. Elle savait que certains pairs pensaient qu'elle était proche du roi... à cause de la cérémonie, du discours de l'inquisiteur.

J'ai souvenir des grandes guerres de notre époque. Et sachez que si alors je n'étais pas dans les cohortes, j'ai vu et je connais leur impacte sur les fiefs, les récoltes, les maladies. Qui ici pourrez se féliciter du retour d'un âge sombre ?

Alors voici ce que dit le Duché de Jad : Nous ne reconnaissons que la vraie foi, nous souhaitons que l'église de Sphonie reste dans le registre immatériel et rentre ses fers dans leurs fourreaux à l'instar des Navasséens.  Nulle pairs de l'île ne devraient se féliciter de voir des armées et leurs cohortes de charniers. De plus, Le sieur Dacres n'a manifesté aucune animosité pour l'heure, il n'est pas dans nos possibilités de le refouler et de s'opposer à lui. Je vous engage à suivre cette idée que l'île doit être unie dans une volonté de paix, le plus longtemps et solidement possible.

Elle garda le silence, droite, immobile, avec gravité, avant de regagner sa place...

Certains avaient du être surpris.... eh oui, il n'était point questions d'abandonner les valeurs de la Maison de Boemauth...


8f88.jpg

Hors ligne

#12 27-01-2018 00:32:50

Adil Gordion
RPiste
Inscription : 29-12-2017
Messages : 72

Re : [Terminé] Second Concile

J’étais inquiet à cause du silence des autres nobles de l’ile. Où étaient les indépendantistes, les anges, les royalistes? Aucune citadelle n’était représentée ? Je devais reconnaitre que j’avais échoué à mobiliser les autres seigneurs. À vouloir relancer le gouvernement par le haut je n’arriverais visiblement à rien. Il fallait que je change de stratégie et que je tente de remobiliser les divers seigneurs de l’ile de bonne volonté pour revenir au sein de l’agora avec une coalition près à avancer vers la refonte du gouvernement.
Alors que je m’apprêtais à reprendre la parole et faire mon long discours « le juste » fit son interruption puis s’enfuit tel un voleur refusent le débat et d’en dire plus.  À son accoutumé ce va en guerre venait faire ces provocations pour attiser les braises de la guerre sans la moindre preuve. Je voyais surtout moi un homme qui avait peur de subir la réponse à ces actes. Et qui demandait de l’aide en conséquence. Une guerre même de religion était la dernière chose que je souhaitais. Mais « le juste » avait refusé tout geste de bonne volonté pour apaiser les tensions exhibant les trophées des crimes de son ordre à la vue de tous provoquant chaque jour les fidèles de navas et les autres seigneurs. J’avais pourtant tout tenté pour désamorcer cette crise. Mais « le juste » refusait tout dialogue tous compromis. Je n’ai jamais compris comment un homme avec si peu de soutien et si peu enclin au dialogue avait pu devenir duc. Je ne voyais que le soutien de l’empereur pour assurer un tel succès. Mais visiblement c’était Mathias qui avait eu la folie de le lui donner. Quelle folie l’avait pris, sans même me consulter? J’aurais tous fait pour l’en dissuader. D’ailleurs cet ingrat de « le juste » lui avait bien mal rendu tant il ne manquait pas une occasion de le critiquer. Pour l’heure c’était l’occasion de se réunir derrière sa duchesse. L’occasion était trop belle. Je repris donc la parole.

« Duchesse vous êtes la digne successeuse de votre Marie. Et J’approuve dans sa totalité votre mention. Je vous réaffirme mon plein soutien. Et J’invite tous les seigneurs à suivre votre sang-froid. Il nous faut garder la tête froide et ne pas nous lancer dans des actions inconsidérées avant d’obtenir plus de réponse et surtout preuves. Notre priorité doit être d’enclencher la mise en place d’un gouvernement légitime même provisoire pour assurer la pérennité de nos institutions. Il nous faut un capitaine pour mener notre barque dans cette tempête.»   

J’avais beaucoup à dire encore, mais ce n’était pas le moment et la duchesse semblait avoir les choses en mains.
Cependant j’en voulais au grand intendant d’avoir insinué que je voulais critiquer un hommage qui aurais était rendu à la Duchesse de Jad. Je n’avais tout simplement guère apprécié il est vrai que l’on profite des funérailles de notre regretté gouverneur qui à temps œuvré pour l’indépendance de notre ile.
Et pour faire quoi ? La promotion des ambitions d’un roi qui a tant œuvré à sa conquête tout en refusant avec constance nos propositions d’alliances. Je ne souhaitais pas que l’on rattache son souvenir au premier pion avancé d’un plan dont nous ignorons encore tout. Et je pense l’avoir suffisamment connue pour savoir qu’il ne l’aurait pas souhaité. Des funérailles ne sont de toute façon pas le lieu pour cela. J’aurais bien voulu lui retoquer cela, mais « le juste » avait balayé ces petites joutes  verbales.  Plus que jamais il fallait faire front pour éviter l’escalade.

Hors ligne

#13 27-01-2018 21:08:54

Di Mandragori
RPiste
Inscription : 29-11-2017
Messages : 142

Re : [Terminé] Second Concile

Alors que les premières discussions de la haute noblesse se faisaient entendre couvrant les messes basses des Seigneurs formant public, un homme se manifesta, se faisant remarquer par sa tenue, tout autant que par l'exagération mise à ralentir son pas pour aller rejoindre la tribune.

Belladona se demandant pourquoi cet homme semblait ainsi se rendre à sa propre pendaison, dans un accoutrement que le lieu et la vesture des autres Seigneurs présents rendaient grotesque, elle tendit l'oreille. Et comme elle n'était pas sourde la belle, elle entendit, malgré les bruits de fond bien présents, le nom de Jogar, alors intriguée elle écouta.

Son expression ne changea que fort peu, mais pourtant son visage de brune perdit de ses couleurs.

Quand il sorti de l'Agora comme un furieux, elle eut honte.
*Oh! Déesse, et c'est cet homme qui ose parler en vostre nom. Quelle honte,* songeait la Dame.

Elle avait bien écouté la veuve et son ordre du jour, et n'y aurait rien trouvé à redire, si les questions de religion ne l'effrayaient tant.

Et comme l'appel à la paix qui suivit la diatribe du sphonien résonnait admirablement à son coeur. Mais là encore, les mots de la Dame de Boemauth, sur la place que devait occuper la religion de la Déesse, enfin la seule forme existant officiellement sur l'île,  l'affola à nouveau.

Pourtant une lueur d'espoir revint quand  la duchesse demanda même chose aux navaséens.

Puis la Mandragori écouta les propos du précédent orateur et constata que tous les hommes n'étaient pas des irresponsables cherchant la guerre pour masquer d'autres incapacités.

Elle observa la jouvencelle qui précédemment faisait de jolies courbettes, mais celle-ci ne semblait pas vouloir reprendre la parole.

Elle se décida finalement à prendre contact avec les deux orateurs, la Dame et le Seigneur, qui s'étaient si clairement exprimés.

Le petit page aux cheveux coupés au carré, et aux allures presque timides ou efféminés qui faisait partie de ses gens porta deux petits billets.

Le premier allait à la veuve.

Dame de Boemauth,
Je vous présente toutes mes condoléances
Et je tiens à vous remercier de faire entendre la voix de la raison, et la voix de la paix, que les femmes ouvreuses de vie s'accordent à placer parmi les plus hautes valeurs.
Il est bien que ce genre de paroles soient portées par une duchesse de haut lignage, au milieu des Seigneurs de la guerre impétueux.
Avec mes respects.

Dame di Mandragori, Maîtresse du fief et de ses terres du bourg de Pontsel en Saagen.

Le second pour le Seigneur Gordion était plus concis mais plus pratique et donc peut-être plus utile dans l'immédiat.


Messire Gordion, si peu utile que puisse être mon offre je vous la fait de grand coeur.

Si je puis en ma qualité de Dame de Pontsel, Maîtresse en son fief et ses terres, travailler avec vous à l'institution d'un gouvernement qui pourra nous permettre de présenter un front uni aux envoyés de Daccres l'honnie je me tiens à vostre disposition.

Belladona di Mandragori

Puis elle attendit, tendant l'oreille pour saisir des bribes de propos et deviner ainsi l'humeur générale des seigneuries icelieu présentes et dont l'avenir se jouait maintenant devant leurs yeux et leurs oreilles avides ou sourdes.

Dernière modification par Di Mandragori (27-01-2018 21:11:43)


•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•
Belladones y Mandragores. Pavots et Digitales.
La beauté envoutante des fleurs du mal...
•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•

Hors ligne

#14 27-01-2018 22:49:39

Godoric
RPiste
Inscription : 24-03-2015
Messages : 466

Re : [Terminé] Second Concile

Le représentant sphonien écoutait avec la plus grande attention les dires des seigneurs et des gentes dames. Son chef avait effectué une simple intervention et était partie. Il aurait très bien pu rester et tout écouter, cela le représentant le savait très bien. Il savait très bien que les autres seigneurs allaient le taxer de voleur, de pleutre etc. Mais tout cela faisait partie du plan lui avait dit Jogar. Beaucoup voyait en lui un fanatique et un pleutre. Mais c'était là vraiment très mal le juger. On ne tient pas tête avec succès à toutes les citadelles de l'île en étant naïf et l'on ne peut pas accroître le nombre de fidèles en étant naïf. Lonfort était sous autorité sphonienne. Seule la capitale ne l'était pas, du moins pas encore. On ne peut point être duc en étant naïf.
En appelant au sein même de l'Agora à la formation d'un ost, Jogar montrait qu'il agissait dans la légalité. Mais surtout, il a été le seul à mettre en garde les gens contre les citadelles aux attitudes ambiguës et contre l'inquisiteur. Son attitude semblait le desservir estimait dans un premier temps le représentant sphonien, mais en y repensant de plus prêt la chose lui fuit sourire. Jogar lui avait expliquer un jour que les seigneurs de l'île avaient une certaine aversion sur sa personne et qu'en cultivant son côté guerrier, il pouvait plus facilement les énerver et les pousser à l'erreur dans le grand jeu. En cultivant son côté naïf, les gens faisaient moins attention à lui, ce qui était très regrettable pour eux s'amusait Jogar. La provocation d'aujourd'hui était un exemple frappant. Elle unifiait les seigneurs contre sa personne, mais en même temps, elle paralysait le système pour un temps. Aucune provocation n'est inutile en politique avait dit un jour Jogar. Tout est extrêmement calculé.
Le représentant sphonien avait pour preuve de sa réflexion que personne ne s'était demandé comment Jogar avait pu rentrer si facilement dans la capitale de l'île, si facilement dans cette Agora, sans que personne ne le remarque ou n'en soit avertit. Personne n'avait prêté attention à son habit militaire, à part certains qui trouvaient cela saugrenu avec le lieu. Le plan du chef sphonien était vraiment intéressant estimait le représentant. Lorsque la guerre fera rage, les Sphoniens n'auront qu'à attendre. Il fallait juste suivre le plan.


Godoric, nouveau chef de l'Eglise sphoniste pour un nouveau départ et une renaissance de l'île.

Hors ligne

#15 29-01-2018 16:41:48

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : [Terminé] Second Concile

L'immense salle faisait vibrer les paroles des orateurs. Les sons s'élevaient le long des quatres grands murs lisses qui délimitait les lieux lors du discours du ministre. Sur la gauche, en partie cachée par la loge de Lonfort, on pouvait apercevoir la grand loge de l'Intendance et juste à son côté, la chair du Régent, actuellement vide. En effet, la Grande Dame s'était assise dans la loge un peu plus à droite, placée à la perpendiculaire de celle du maître de débats : représentant la loge de Jad. Elle fesait face à celle de Lonfort et sur sa gauche se tenait celle de Kronenbag. La loge de Crussol se trouvait juste à côté de l'entrée principale et fesait pratiquement face à celle où se trouve l'Intendant. Quant à la loge d'Agantila, elle se tenait dans le prolongement de celle de Lonfort, de laquelle était descendu le Duc pour discourir au centre de la salle. Une fois fini, ce dernier s'en était allé, par la sortie qu'on ne pouvait voir depuis ce coin de mur, car dissimulé par la haute loge d'Agantila jusqu'alors vide de son représentant.

Il n'avait pourtant pas manqué a l'ouverture du concile (Précédemment -> ici), mais se tenait retiré de la scène théâtrale qui s'offrant en contre-bas. Ce fut à présent le moment pour lui de sortir de la pénombre des murs, pour traversé la foule des Seigneurs et dames qui se tenait en arrière de la loge agantiloise. En avançant, il eu inopinément vite fait de rentrer dans un jeune page porteur de deux billets, qui continua sa route l'air de rien. Montant par la gauche, il alla s'asseoir sur la place qui lui étais destinée. Il n'était pas merveilleusement paré et avait fait choix de porter quelque chose de sobre. Lorsque le seigneur qui s'appelait "Gordion", eut finit de parler, le Duc d'Agantila se leva de sa chair pour venir apporter son propos à ceux donnés précédemment vis-à-vis d'une flotte venant du continent.

" - Duchesse,  puis-je vous transmettre - car oui vous restez pour moi, celle qui dans cette salle représente encore la Régence, malgré le fait que vous ayez fait choix de prendre place à la loge ducale - ainsi qu'à vous Grand Intendant, qu'aucun des propos tenu par le Duc Jogar ne sois avéré, en effet, nul flotte n'accoste sur mon duché sans que j'en sois averti. Je tiens aussi à préciser que depuis les événements qui ont ravagés Port Espoir, ce dernier a été reconstruit mais a perdu toute splendeur d'antan, et est devenu peu propice à l'accueil de toute une flotte. Le Port Royal, en Técléosis reste celui le plus favorable pour l'accostage de bâtiments venant du continent.
Par ailleurs, tout le monde semble voir en cette flotte, une invasion de Terre Noire, n'est-il pas sans rappeler que nous ne savons toujours pas quel est l'étendard de ses navires, et toutefois si ces derniers portait celui du Royaume, en quoi cela en ferait-il un ennemi puisque en ces terres, nous avons aussi bien accueilli les Kalt que les Téchozins en vue qu'il règne toujours la paix sur l'île. Aussi je tenais à revenir sur le choix fait d'avoir pris pour siccession du Capodéi Kerbao un Inquisiteur. Cela n'a-t-il pas été fait en vue d'une menace quelconque et nous permettre de maintenir une certaine paix sur l'île ? Si la flotte n'est pas ennemie, nous reste à savoir si ce ne serait pas nous les ennemis, parce que si nous laissons faire cet ost sphonien et qu'il attaque cette flotte, qu'est ce qui n'empêchera pas à ces arrivants de voir cette île comme une menace. Car qui détiendra la paix ? Pas nous c'est sûr, mais les autres dirigeants qui chercheront à maintenir la leur !"

Le Duc d'Agantila se tut et regagna son siège laissant aux autres Pairs le droit de s'exprimer et poursuivre le débat.

Dernière modification par Joss le Forban (01-02-2018 10:49:14)


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#16 30-01-2018 12:35:09

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : [Terminé] Second Concile

La duchesse de Jad ne prit pas la peine de s'avancer au prétoire. Le silence suivant l'intervention du sieur Forban lui serait propice. Quand elle prononça ses premiers mots ses traits avait changé, plus grave, plus dure. Finalement aurait pu se dire l'assemblée, cette dame portait en elle la même flamme qui jadis avait animé son époux...

Seigneurs commença-t-elle d'une voix forte, plus grave.

J'étais venu ici portant pour espoir que nous aborderions de vrai problèmes, plus matériels, ceux là même dont la résolution suffirait à offrir la prospérité de nos Terres et de leurs peuples respectifs. Et si comme je le pense ce devrait être la mère des préoccupations pour chacun d'entre nous, il n'est pas dit que ma langue est sèche collée à mon palet, ni  mes lèvres cousues entre elles dans un élan de mièvrerie !

Elle s'avançait au centre de l'hémicycle et poursuivi du même ton, son regard s'embrasant d'une sourde colère...

Sortons maintenant de nos idées, de nos fantasmes, parlons vraiment.

marquant un temps, puis se tournant face au représentant de Sphonie...

Dois-je rappeler les termes de la paix négociée ? Pour assurer la paix et la fin d'un conflit dévastateur, mon époux, le Régent, faisant preuve de raison, proposa à l'église Sphonistes des termes plus qu'acceptable. Le Décret proposait une entente paritaire, la possibilité de dresser ses temples à la seule condition qu'en Lonfort s'exercerait l'autorité de Caspellis, du palais et de l'Agora. Que les boucliers et les glaives seraient rangés.

Se tournant vers les bancs des seigneurs, des comtes...

Et bien se traité que la régence s'est évertuée à respecter...n'a jamais, jamais été ratifié !

Si j'ai tout à l'heure parlé au nom de ma Maison, de mon Duché, c'est au nom de tous que j'aimerais le faire maintenant. Trop de preuves désigne Sphonie sous un jour nouveau et belliqueux. Qui peut ne pas voir les lances des maudits se dresser ? Allez vous attendre la fin des temps ?

De ce jour je commanderais à mes rangs de se grossir, au forges de se rallumer, au sabre de glisser au fil . Jad est fermé au Ombres de Sphonie dés lors qu'elle la considère de nouveau comme ennemie ! Ma Maison n'a que trop fait pour concilier. Il est impossible de faire la paix avec de si obscure desseins.

Elle se tourna vers les représentants Anges, regrettant l'absence du seigneur Archos...

Mes Grands et forts seigneurs. Nous savons se que nous devons à vos armées, aujourd'hui comme hier. Nous vous rendons grace de protéger Caspellis de vos nombreuse troupes. En ce jour ou Le maître de Sphonie nomme opportunément tant de comtes et s'apprêtent assurément à ne plus respecter l'intégrité territoriale de Caspellis... Mais cela, comme jamais, vous y étiez préparés avant même que cette pensée ne prenne forme dans ma tête.

Puis les loges Royalistes...

Seigneurs, je ne vous aiment pas, d'ailleurs comment le pourrais-je ? Mais comment oublier que dans les derniers actes de notre époque nous avons chevauchés à vos cotés en la personne de Céleste Dacres. Que ferez vous en ce jour ou le royaume semble se tourner vers nous ? Comptez vous regarder ces étendards que vous honorez depuis toujours du haut de vos murailles ? N'avez vous pas d'intérêts à joindre notre position ?

Les indépendantistes..

Seigneurs... De toutes, votre Citadelle a toujours été le phare de l'île. Circonspecte, prudente, préférant à tout autre chose la paix elle  n'a néanmoins jamais refusé les rendez-vous primordiaux. Nous sommes de longues dates proche dans nos positions, nos philosophies. Il y a eu des désaccords, certes, mais l'île est bien notre première préoccupation. Serez vous à nos cotés cette fois encore ?

Regagnant lentement sa place...

Et encore seigneurs, car tant à parler qu'il serait bon que j'écoutes, je ne parle pas tant maintenant qu'au Ducs, Comtes, Seigneurs, qu'à tous...

Revenue à sa loge, encore debout, les deux mains posées sur l'écritoire...

Le Duché de Jad demande à l'assemblée de statuer. Nous demandons le désarmement de Sphonie, la prédominance de l'autorité de Caspellis sur Lonfort. Nous demandons que la tolérance dont le pouvoir centrale à fait preuve soit révolue. Sphonie n'a pas respecté ses engagements. Sphonie rejette selon nous les institutions de l'île. Si l'église accepte de se conformer à ces engagements elle conservera son Duché et ses temples...

...Qu'il est malheureux que tant de temps n'est rien fait à l'affaire...Qu'il est triste que les combats à mener soient toujours les même.

Elles eu un geste pour l'intendant lui signifiant la fin de son intervention.

Tour à tour elle regarda les membres de l'assemblé, de son regard franc. Elle le savait, c'est là que ce jouerais sa place, sa stature. Soit les pairs la suivait, soit elle n'aurait d'autre choix que de se retirer en Jad et d'isoler son Duché, d'y appliquer ses propres lois, protégeant le Peuple de se qui allait venir...Jad était au Sud et déjà fortement armé, il ne serait pas le premier inquiété.

Dernière modification par Helene de Boemauth (30-01-2018 12:40:23)


8f88.jpg

Hors ligne

#17 30-01-2018 13:47:21

Godoric
RPiste
Inscription : 24-03-2015
Messages : 466

Re : [Terminé] Second Concile

Le représentant sphonien écoutait le discours avec une certaine incrédulité. La guerre civile. Voilà ce que prônait cette femme. La guerre civile ! Jogar était venue dans la capitale pour défendre l'île, pour préparer ses armées à d'éventuelles menaces et en réponse on lui promettait la guerre civile. Il était venue aussi pour venir s'entretenir avec le gouvernement central faire la paix de façon officiel et on lui promettait la guerre civile.  Il fallait intervenir et calmer les tensions au plus vite. L'île ne pouvait pas se permettre une telle chose. Et si jamais jad poursuivait dans sa route il y avait un plan b.

Le représentant sphonien se leva et prit la parole

Chers membres de cette Agora. Oui le passé ne parle pas au nom de la cause sphonienne.  Oui, des atrocités ont été commises. Mais je le dois d'éclaircir des points ici présent. On nous accuse de sédition. On nous accuse de persécution. On nous accuse de vouloir la guerre sous justification de réunir l'ost. Mais je vais vous montrer point pas point que tout cela n'est pas vrai. Nous oeuvrons pour le bien de l'île. Pour la tolérance religieuse. Pour sa prospérité économique.

Tout d'abord, nous ne sommes pas en sédition. À votre avis,pourquoi jogar est venu dans le capitale ?  Non pas pour déclarer la guerre mais pour défendre l'île. C'est là sa seule volonté. Pour défendre l'île, il faut qu'elle soit unie. Il a donc décidé de faire preuve de lucidité et je vous le dis clairement devant vous tous, son séjour dans la capitale à pour but de signer un traité de paix avec le reste de l'île amer de reconnaître l'autorité du régime central sur l'ensemble de l'île. En quoi cela est-il de la sédition que de reconnaître l'unité de l'île et de reconnaître le pouvoir central ? Je vous le demande !
Pour ce qui est de l'ost, je vous l'accorde, mon seigneur a un langage un peu guerrier, mais c'est du devoir du duc que de protéger sa population. Il n'a jamais dit qu'il allait faire parcourir son armée partout sur l'île et déjà il ne s'agit pas de son armée mais de l'armée ducale. Elle n'a qu'un pur objectif défensif. Jogar se tient prêt. Il a lancé un appel à une alliance pour protéger l'île de menaces. Protéger voilà le mettre mot. Pas conquérir et il refusait d'être le chef de cette alliance. Alors non, les Sphoniens ne veulent pas conquérir, ils veulent défendre.
Enfin au niveau religieux, jogar à fait preuve depuis la paix avec la régence de tolérance religieuse. Il n'y a plus de persécution contre navas, une chapelle pour votre dieu a même était construite à Insohel pour les voyageurs.  Son voyage dans la capitale est aussi pour lui l'occasion de voir les représentants religieux afin de signer un édit de tolérance religieuse.

Ainsi, nous voulons défendre l'île contre les ennemis. Si les menaces ne sont pas concluante, il est évident que l'ost sera démobilisé et même nous inviterons des représentants pour le vérifier. L'ost ne quittera pas Lonfort sans l'accord des autres ducs.nous agissons dans la légalité.

Ne cedons pas aux sirènes de la guerre civile. Unifions nous pour la gloire de Navas étude Sphonie et de Caspellis.

Une fois son discours finit, remplis d'émotion, le représentant sphonien partir s'assoir. Il espérait avoir convaincu ses paires que les Sphoniens ne voulaient pas la guerre civile mais l'Union de l'île, l'Union des religions de l'île,l'Union des différents courants politiques de l'île contre les menaces exterieures.


Godoric, nouveau chef de l'Eglise sphoniste pour un nouveau départ et une renaissance de l'île.

Hors ligne

#18 30-01-2018 16:16:06

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : [Terminé] Second Concile

" - Duchesse vous parlez comme l'eut fait Dragonheard lorsqu'elle était gouverneure.
Mais c'est toute une difficulté quant à statuer sur ce désarmement.
Nous réiterons nos erreurs du passé ! Ce fameux accord avec les Ombres n'a jamais été ratifié ?! Alors pourquoi ont-il eu privilège d'une terre prise sur celles d'Aermonia et des Monts d'argent et d'une nomination de Duc avant même que le décret ne soit signé ?! Voilà maintenant que nous en subissons les conséquences ! Vous savez pourtant que Sphonie considère votre citadelle comme leur plus grande ennemie. Tout comme le Royaume Dacres, l'Empire Téchozin reste pour les Anges le pire des maux comme il l'a toujours été. Alors pourquoi après ce décret mis en place, les avoir tout de même laisser faire sans aucun rappel à l'ordre ? Et maintenant, comment faire ? Certes ces agissements doivent cessez, mais comment comptez-vous faire passer le message ? En montant une armée pour aller les y contraindre ? Et leur demander de signer de nouveau un décret ? Et croyez-vous que les religieux de Navas est une quelconque envie d'éventuellement rouvrir un conflit religieux, malgré le fait qu'ils doivent cantonner en leur propre cathédrale ce que l'Inquisiteur appellerait "hérétiques" ? Après tout, malheureusement, ils n'ont que peu de choix car la guerre leur semble inévitable que nous laissions ou non faire les Sphoniens..."

L'air courroucé, se tournant sur la gauche en direction du représentant sphonien :

" - Quant à vous, cher "représentant", pourquoi votre maître ne viendrait-il à signer ce décret que maintenant alors qu'il suffisait de le faire, il y a déjà 6 années de cela. Jon Snow l'a bien fait dès qu'il fut rédigé ! Et pourquoi le Duc Jogar ne nous en a-t-il pas fait part lors de sa prise de parole, alors que ce qui représente encore la Régence est ici même. Il ne paraît pas patient et si il croit voir les flottes "ennemies", comme il le dit, en Vallée de Navas, cela m'étonnerait fortement qu'il attende patiemment en Lonfort qu'elles parviennent jusqu'à lui ; tout comme de construire un temple pour Navas en Insohel. Je demande à voir cette acte de tolérance de mes propres yeux !"

Son visage redevenu neutre et se tournant vers le Grand Intendant :

" - Et donc pour joindre toutes ces paroles à des actes, avant ma prise de position, je me renderais, dès qu'il le souhaitera d'ici la fin de ce concile, avec le représentant sphonien à Insohel pour constater tout cela."

Dernière modification par Joss le Forban (01-02-2018 10:51:00)


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#19 31-01-2018 10:23:33

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : [Terminé] Second Concile

L'intendant, sans plus de forme enchaîna.

La Duchesse ne peut avoir l'ensemble des réponses aux questions que vous venez de poser pour la simple raison qu'avoir été la compagne du Régent ne fait pas d'elle une membre du gouvernement . Je peux expliquer, et je vais le faire en toute neutralité, le pourquoi de la ligne diplomatique adoptée jadis.
Le traité n'a pas était ratifié mais pourtant une partie de ses clauses, unilatéralement, ont bien été appliquées ? Eh bien certes. Le contexte de l'époque n'a pas offert d'autre choix. Le régent a tenté nombres de fois d'inviter les différents acteurs du conflit à la ratification. Le maitre de l'église Sphoniste est le seul a ne l'avoir pas fait. Qu'aurait-il fallut faire alors, poursuivre le conflit ? Je ne suis pas à même de vous dire si ce qui fut fait fut une bonne ou une mauvaise chose, mais je me souviens très bien de ces longues veillées cérébrales. Cela fut fait sur ordre du régent car il prit le partit de la fin des hostilités. Le traité non signé, ces conditions tout de même appliquées, la paix fut de retour et perdure encore. Vox fiefs purent retrouver la sérénité nécessaire et alors aucune voix ne se dressa pour le dénoncer. Ce qui a été fait, a été fait voilà tout.

Pour conclure la parenthèse, le seigneur Forban fait preuve, il me semble, d'une grande lucidité. Il faut en effet que tous comprennent bien qu'en l'agora certains se livre a des exercices théâtralement douteux. Chers pairs de l'île ne soyez pas dupe et ne prenez des paroles qui nous arrivent que les faits, pas les diatribes.  Par le passé nombre de conflits ont eu lieu simplement par ce que leurs acteurs s'étaient laissé entraîner à la passion. Comment un homme se disant respectueux des usages peut-il en quelques minutes n'en respecter aucun. Seigneur représentant de l'église Sphoniste, il est bien simple en effet d'entendre les mots des autres et de vouloir les parfaire. C'est là un exercices bien enfantin. Sphonie a eu nombre d'année pour rendre hommage à la régence, elle ne l'a point fait. Il suffit que le four chauffe pour que vous prétendiez simplement vouloir y faire cuir du pain.

Seigneur je suis a votre disposition pour tout compléments.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#20 31-01-2018 10:55:37

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : [Terminé] Second Concile

Comment son époux avait-il pu se livrer à un tel exercices pendant de si longues années. Elle se souvenait de ses nuits interminables ou au sortir de l'agora, ou de ses journées de crises il ne s'arrêtait plus de tourner, de maugréer. Il semblait si passionné et pourtant si pragmatique... De lui ne lui restait que la passion pour les affaires de l'île, mais elle n'en avait pas la mesure, la tempérance. La politique était un jeu complexe, elle venait de s'y prendre les pieds. Comme on dit à un enfant, soit patient, écoutes, apprends... Elle aurait du se méfier.
Ce qu'elle avait prit pour des soutiens tranché, ne l'était pas. Elle pensait avoir pu se positionner correctement dans le débat en cours, mais n'avait que surévaluer leur teneur. Elle avait cru voir dans les paroles du seigneur Joss Le Forban un début de soutiens inconditionnel, et maintenant même l'intendant mettait de la distance... Bien sur la maison de Boemauth, le Duché de Jad, pesaient lourdement, mais elle devait affuter encore les fils de ses mots. Elle prit encore quelques instants pour mettre à plat la situation.... Les Ducs ne prendraient pas de positions trop explicites, les comtes seraient timorés tant que leur protecteurs ne se rangeraient pas d'un cotés ou de l'autre, il lui fallait donc gagner les bancs des seigneurs, des nobles et bourgeois...du peuple.

Elle se lança de nouveau dans l'arène, prenant une forte inspiration...

-Je vous remercie mes seigneurs pour votre tempérance qui ne fait qu'épouser mon intervention précédentes...Du moins concernant la nature des acteurs de l'île, leurs desseins...
Je vous remercie intendant pour l'éclairage que vous apportez. En effet je ne suis détentrice que du feu et de la foi qui faisaient battre le cœur de mon époux. Je l'ai vu se dévouer corps et âmes au cœur des tourmentes de notre histoire, et peu étaient de cette espèce alors.

Je ne suis en mesure que de me prononcer sur le présent, sur les décisions qui doivent être prise. Je ne crois pas le représentant Sphoniste quand il nous apprends que nous nous sommes mépris sur les intentions de son maître. L'église de Sphonie n'a pas changé, j'en ai la conviction. C'est seuls intérêts animent son âme.
Seigneur Forban j'ai grand respect pour votre maison qui au cœur de nos registre porte le nom d'amie. Mais c'est en tant que Duchesse, responsable des fiefs et des sujets que je me comporte. Quoi de plus naturel et saint, au regard de ma conviction, que de protéger et servir.
Si icelieu nulle ne voit de menaces, grand bien ! Mais il n'est pas dit que je fasse de même. Je ne vois pas d'autre ennemis sur l'île que cette sombre église. Quand bien même les Dacres auraient débarqué qu'ils ne nous auraient pas déclaré la guerre. Qu'importe que des cohortes de Templiers aient rejoint  leur lieu saint puisque jamais ils ne furent, eux, mus par des esprit belliqueux. Même lorsque le Capodei Kerbao, assurant le gouvernement transitoire sombra dans les prémices de la folie les Templiers étaient là aux cotés de l'Armée des Anges pour l'empêcher de nuire.

Adoptant des traits plus affectés...

Seigneur je vous conjure de ne pas faire la même erreur que nos prédécesseurs. Je vous conjure de voir, d'être clairvoyant, quand au péril qui nous guette. C'est pourquoi intendant je maintient ma demande de vote de l'Agora. Au vues de la faibles représentations que nous devons déplorer, je demande que les vassaux puissent se prononcer au même titre que leur suzerains .

Elle se rassit, déjà un brouhaha s'élevait des bancs. On entendait des messes basses plus ou moins marquées de toutes les loges présentes : C'est inadmissible ! La Duchesse à raison ! vous ne comprenez rien ! Tais toi nous sommes tous concerné ! c'est la guerre assurée ! c'est la guerre de toute façon si on ne fait rien ! ...

Dernière modification par Helene de Boemauth (31-01-2018 11:01:37)


8f88.jpg

Hors ligne

#21 31-01-2018 11:39:44

Clercs de Navas
PNJ
Inscription : 31-01-2018
Messages : 4

Re : [Terminé] Second Concile

Seul le froissement de leur robes accompagnait les clercs de Navas lorsqu'ils arrivèrent aux portes de l'agora. Les gardes en factions se placèrent devant eux.

-Vos saintetés l'agora n'accueille pas les représentants des églises...

Le garde savait que la chose était étrange dés lors que Sphonie, mais Sphonie siégeait au nom de Lonfort, une bizarrerie réglementaire.

-Nous y sommes invité dit le premier clercs en tendant un billet au garde.

Le soldat regarda le cachet, et en effet, le Duché de Jad comme tout autre avait cette autorité.

Les Clercs passèrent les portes et entrèrent. Lorsqu'ils s'approchèrent des bancs, certains se serrèrent d'autre s'écartèrent. Les prélats croisèrent le regard de la Duchesse qui finissait son discours. Ils prirent place entre Jad et l'armée des Anges sans mots dire et dans une discrétions toute relative. Dans l'assemblée certains seigneurs se signaient au passage des religieux.


Ainsi s'incarne la diplomatie de l'Eglise de Navas, sur les fils de lumière, sur les ailes du temps ....

Les Clercs sont les représentants de l'autorité de la Sainte Vallée de Navas. Ils constituent le bras politique des Templiers.

Hors ligne

#22 31-01-2018 14:10:29

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : [Terminé] Second Concile

Parler à l'Agira n'avait jamais été chose aisée, longtemps close, chacun s'était renfermé et suivant ses propres desseins, et écartant petit à petit ce qui avait pu les lier un temps. La paix s'éloignait et était involontairement repoussée par le manque de discussions entre les acteurs de l'île. Maintenant qu'elle était de nouveau accessible, il n'était plus aussi facile de retrouver une confiance en chacun d'eux. Certes, pour certain, elle n'était jamais partie, pour d'autres, c'est un autre discours : et pourtant il faudrait bien de nouveau les réunir.
Joss ne savais pas à quoi s'attendre de l'arrivée de Micléo Dacres, si on en suit la rumeur qui grandissait, il lui fallait se rendre en Sphonie.

" - En effet, Grand Intendant, j'entends bien que la Dame de Boemauth ne peut tout à fait faire face à ma rhétorique, puisque c'est le sieur Régent qui exerçait davantage cette politique, mais il fallait relever ces points. Je ne peux qu'affirmer de nous devoir aller de l'avant, dès à présent, sans pouvoir changer ce qu'il a été."

Se tournant vers ceux appartenant à son duché :

" - C'est pour cette raison - puisque la guerre semble assurée - que je laisse ici soin à mes gens : seigneurs, dames, comtes, comtesses de faire le choix sans que je leur impose nul veto, ce choix est le leur et rien n'altèrera leur jugement, que je qualifierais de réfléchi et représentatif du choix du duché d'Agantila. Ce choix, je m'y soustrairai..."

Marquant une pause, comme si il avait eu une hésitation sur ce qu'il venait de dire, il reprit :

" - ... Mais, bien que vous puissiez penser que Sphonie ne mérite pas cette once de confiance que je leur accorde, j'en prend le risque et j'accompagnerais le représentant sphonien jusqu'à l'Havre de Sphonie."

De ses paroles, les réactions furent diverses dans les rangs agantilois.

Dernière modification par Joss le Forban (01-02-2018 10:52:55)


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#23 01-02-2018 02:07:10

Di Mandragori
RPiste
Inscription : 29-11-2017
Messages : 142

Re : [Terminé] Second Concile

Le ton était monté, comme une houle, et le mot de la paix avait coulé, comme le frêle esquif qu'il serait toujours, tant que les hommes, ces loups affamés voudraient s'entredéchirer pour un quartier de lune à rendre fou le plus sage.

Belladona avait d'un léger sursaut trahie sa surprise lorsque la loge agantiloise s'était animée.
Elle s'était vite reprise, et avait écouté se demandant quelle foi accorder à un royaliste notoire sur la cause Dacres.

Mais lorsque la duchesse montra son vraie visage, demandant la guerre contre les sphoniens, ce furent des perles glacées qui glissèrent dans son dos roidie d'une terreur que n'imaginaient pas ceux qui l'entouraient.

Il fallait réagir. Alors qu'elle s'avançait lentement accompagnée d'Albédo comme escorte, elle entendait les vagues mugissantes prendre d'assaut le bref espoir qu'elle avait eu tantôt.

C'est presque sans déranger quiconque, que la brune et piquante Dame de Pontsel arriva à l'orée de cette arène implacable. Un pas en arrière d'elle se tenait le blond capitaine de sa garde qui salua comme un galant chevalier, pour ensuite s'effacer et la laisser affronter seule les ours, les louves et autres créatures qui en ces lieux s'entredévoreraient.

À cet instant les clercs de Navas firent leur entrée, et elle ne pût s'empêcher de reculer d'un demi pas, mue par un instinct viscérale, et retenue seulement par le bras ganté, de celui qui représentait la plus illusoire sécurité.
Elle inspira comme un naufragé.

* Il fallait au moins tenter.* songea-t-elle.

Alors sous le masque de la comédienne elle dissimula son être, et comme si tous l'attendaient elle fit son entrée dans le cercle.

Elle salua la duchesse tout d'abord, puis le duc d'Agantila, et enfin d'un regard demanda la parole à l'intendant, et semblant considérer qu'il la lui accordait elle s'adressa à l'Assemblée.

-" Duchesse, ducs et nobles gens."

Sa voix assez grave pour une femme, était pourtant musicale, et il s'y ajoutait un léger accent qui pouvait venir de la lagune ou de plus loin encore.
Ses "r" roulaient comme velours et ses mots portaient bien dans la salle, grace à son expérience dans son ancienne vie de saltimbanque, qui lui permettait de savoir se mettre en scène même sur ces planches là, bien plus pourries que les pires tréteaux d'acteurs qu'elle eut connus.

-"Pardonnez moi de prendre de votre temps, si précieux pour l'avenir de l'île.
Je suis la Dame Di Mandragori de Pontsel, terres sous autorité du comté de Saagen, fidèles au duc d'Agantila.

Je suis de vous tous inconnue, mais comme d'autres Seigneurs de Terre Noire j'écoute les grands de notre île se pencher avec passion sur notre avenir. Et je me réjouis que l'on s'en soucie, comme nous même dans nos fiefs.

Pourtant je m'interroge. Le duché de Lonfort, aussi impopulaire soit-il, n'a pour l'heure point commis d'agression. Devons nous déclarer une guerre pour en éviter une, la même qui plus est?

Et pardonnez moi, noble duc mais si j'ose espérer que nulle voiles Dacres n'aura accosté en notre duché sans que vous le sachiez, il nous faut pourtant nous préparer à leur arrivée annoncée.

J'aimerai à ce sujet connaître la position de votre citadelle, sur l'accueil à faire à ces envoyés.

Bien entendu Dacres ne nous a pas déclaré la guerre... Mais le mieux à faire n'est il pas de les convaincre de n'en rien faire justement, et de s'en retourner comme ils seront venus.

Or quelle meilleur manière de les dissuader d'insister ici, et de vouloir se mêler de notre île, que de leur présenter un front uni.
Oui, je dis bien uni, tous, de toutes les citadelles et de tous les duchés.
Et de leur montrer une île qui malgré cette cruelle perte ne sombre ni dans la guerre civile, ni dans le chaos par manque de gouvernance!

C'est maintenant, et pour la paix et la prospérité de Terre Noire que nous devons choisir de nous unir, et ratifier la gouvernance de cette terre nostre par l'Agora et les pairs qui y siègent

Quand à ce sieur Lejuste, à quoi servirait de tomber dans un extrême, Duchesse, alors même que feu votre seigneur de Boemauth, a lui oeuvré pour cette paix.

Ne désirez vous pas que son oeuvre lui survive, noble Dame, ne désirez vous pas que face à l'Empire et à Dacres, le travail de feu notre régent porte ses fruits?"


•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•
Belladones y Mandragores. Pavots et Digitales.
La beauté envoutante des fleurs du mal...
•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•

Hors ligne

Pied de page des forums