Nous sommes en l'an de grâce :
976

Vous n'êtes pas identifié(e).

Communauté de Terre Noire

#1 26-11-2017 10:35:58

Rumeur du monde
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 9

Funérailles

Deux journées s'étaient écoulées depuis la mort du Régent, depuis la tenue du concile. Ces jours et ces nuits avaient connu un relatif retour au calme. Les heurts entre Navasséens et Sphonistes s'étaient tut , plus par la force et la poigne des hommes d'armes présents dans la cité, que par une réelle volonté et atténuation des rancœurs.
La garde contrôlait les entrées et sorties alors que les Anges s'assuraient qu'aucun mouvement de troupes menaçant ne s'opérait vers la capitale.

Mais en ce jour, le palais était pavoisé des emblèmes de Boemauth. Une agitation gagnait désormais la ville. Aujourd'hui le corps du héro serait sortit du palais et serait présenté au bon peuple pour un dernier hommage.

Mais nulle n'ignorait que tout pourrait arriver en ce jour, le pire comme le meilleur. Verrait-on une nouvelle fois les traitres à l'ordre établit se masquer et brandir les couteaux, les poignards ?

Déjà les cortèges d'ecclésiastes se déversaient des édifices religieux en direction du palais ou le corps du régent serait extrait pour une longue déambulation dans les rues.

Dernière modification par Rumeur du monde (26-11-2017 10:36:34)


2lnc.png

Hors ligne

#2 06-12-2017 21:41:59

Andréas Fulmaro
Inquisiteur
Inscription : 01-10-2017
Messages : 8

Re : Funérailles

Le cortège fit un long cheminement pour parvenir dans un dernier effort sur le parvis de la cathédrale de Caspéllis, Navasséenne, mais plus petite que sa sainte sœur. Les Arches du monuments étaient finement ciselés. Sur les frontons les démons ennemis de la foi. Sur les Arcs supérieur, l'histoire de l'île sous la lumière divine. La pierre dont était faites le lieu saint, était grises, marquée par le temps, d'une humilité majestueuse.
Les lourds battants s'ouvrirent comme deux bras bienveillant pour accueillir le cortège.
Des prêtres en toges ocre, parées d'une écharpe pourpre, sortirent, encensoirs en mains au rythme des tambours de la garde. Ils descendirent quelques marches alors que sa sainteté, l'inquisiteur Andrea Fulmaro apparaissait à son tour.

La place était immense. Le peuple y était désormais massé. Une onde de messes basses se répandait et faisait écho sur les bâtisses voisines.

Les prêtres sur les marches, le cercueil du Régent porté par sa garde, les formations de soldats l'entourant, le peuple était assez loin de la scène. Certains était montés sur les toits, d'autre sur des charrettes ou des caisses.

Andreas Fulmaro s'avança. Silencieux il eu un regard marqué et compatissant à l'adresse de la veuve et de la famille du Régent, un peu en contre bas.
Croisant les mains devant lui , il regarda encore longuement la foule...


qp12.png

Hors ligne

#3 06-12-2017 21:57:10

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : Funérailles

Droit, le visage neutre, l'intendant se tenait un peu à l'arrière du ban familial. Plus loin même que le protocole
ne l'aurait exigé. Paré de ses copistes, il faisait acte de présence. Il devait bien admettre que la ville
n'avait pas était silencieuse depuis longtemps... la mort de Jun peut-être....
Il observait les visages. Nombre semblaient sincèrement affectés. Mais combien l'étaient vraiment ?
Lui, il ne s'y trompait pas. La nuit avait était longues pour la garde. Beaucoup avaient été arrêtés. La foule était sous
le choc non pas de la mort du Régent mais de celui de ces conséquences.
En fait on aurait même pu imaginer qu'elle retenait son souffle, mue par la peur, la crainte du désordre à venir.
La façon dont certain regardaient en direction des prêtres, comme dans l'attente de l'annonciation d'un miracle, et
d'autre en la direction de la Dame de Boemauth, espérant que sa poigne et ses armes pourraient les préserver, était navrante.
Il savait lui quelle forces allaient maintenant s'opposer...
Il fixa son attention quand l'inquisiteur s'avança.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#4 06-12-2017 22:08:42

Harald Aubert
PNJ
Inscription : 27-09-2017
Messages : 13

Re : Funérailles

Les tambours rythmaient ses pas. Le Régent, dans son habit de chêne, n'était pas plus lourd pour lui
que sa propre culpabilité. Harald avait surtout été dans la réaction jusqu'ici. Mais peu à peu, il se sentait
envahir par la culpabilité, se pensait avoir rompu son serment, son allégeance.
A cet instant précis, les mains enserrant le bois du deuil, il ressentait de la fierté. Le temps viendrait
à la repentance, mais était venu l'heure des morts.
Il marqua l'arrêt a l'unisson. Devant lui, les marches et le parvis se dressait, les fumerolles sanctificatrices emplissaient l'espace.
Andréas Fulmaro apparaissait.


Il est le capitaine de la garde de Caspellis. Chevalier honorant l'ancien code, il est rare de trouver en Terre Noire dans de bravoure et de noblesse...

Hors ligne

#5 12-12-2017 09:54:50

Andréas Fulmaro
Inquisiteur
Inscription : 01-10-2017
Messages : 8

Re : Funérailles

Un souffle léger mais néanmoins glacé sévissait sur la place. Les tambours se turent. Le bois du cercueil grinça légèrement lorsque il fut posé sur son socle face aux ecclésiastes et à leur demeure. La garde d'honneur recula d'un pas, se tenant immobile, mains aux fourreaux.
Les bannières de Boemauth et de Caspellis pavoisés les rues alentours et s'agitaient dans le vent.

Andreas Fulmaro apprécia encore le silence précédent l'oraison. Alors qu'il était apparu fragile, courbé, lorsqu'il entama son œuvre sa voix sembla résonner par delà les remparts de la capitale. Un mélange à la foi rauque et pénétrant.

"Il ne fut pas donné à beaucoup de connaître telle noblesse, telle abnégation face à l'adversité. Notre sieur régent appartenait encore à ce vieux souvenir des origines, celui des chevaliers du vieux monde..."

Il détachait ses mots avec soin, faisant peser chaque syllabes, se délectant de la résonnance de la place. Le cœur Navasséens, un peu en retrait, entamait une mélodie étrange, lente, pompeuse...

"Il n'appartient pas à l'église de louer les faits d'armes, mais nous ne pouvons nier quel bienfait il fut pour elle. Nous pourrons plus tard raconter le mythe à l'instar de ceux des héros de Navas. Si nous choisissons de coucher sur le vélin sa légende se sera pour honorer celle d'un homme petit,  promis à rien, qui par delà le chaos rampant choisit le camp des justes, de la lumière..."

Le chœur gagnait en intensité.

"Aujourd'hui nous honorons sa vie, sa trace. Notre voix se joint à celles des grandes maisons présentent auprés de nous pour un dernier hommages..."

Andreas Fulmaro marqua une pause, balayant du regard les ambassades orgueilleusement parées. La foule sembla suivre son regard.

"Dame de Boemauth, notre compassion et votre. Nous partageons votre tristesse, la charge qui désormais vous incombe. Ici et en l'heure L'église de Navas tient à affirmer son soutient à vos bannières. Soyez bénie d'entre toutes. Si notre père n'a pas de dette, ce n'est pas le cas de son église. Nous n'oublierons pas."

Il se tut pour laisser la place au thème dominant du cœur.

"Sieur Régent, Duc de Jad, comte de Boemauth, défenseur du code, entre ainsi dans le monde des éternels. Laisse tes armes, ton pavois, ta rage, pour rejoindre la lumière. Puisses tu veiller de ta mort sur ce peuple pour qui tu as tant fait."

La garde se rapprocha à nouveau du cercueil sans pour autant s'en emparer.

"Comme il se doit, le deuil a été porté dans les plus hautes cours du monde"

Sans le montrer, Andreas Fulmaro, voyait déjà quelques visages se crisper.

"La famille Dacres se joint à nos prières par ces mots :

       Nous joyaux de la couronne du saint père,
       Nous marcheurs de lumière de l'aube des temps,
        Pleurons un ennemi et un amis.
         Nous reconnaissons un esprit éclairé
          qui contre tous préserva son peuple.
           La maison Dacres ne laissera pas Terre Noire au désœuvrement
             Nous ne laisserons pas l'œuvre de Mathias de Boemauth à l'abandon
              Voici que dans nos ports les voile se dressent denouveau.
                Que désormais l'on se rappel du sieur Régent au titre de père du Royaume. "

Un brouhaha naissait dans la foule. Lorsque Andreas reprit son oraison le silence revint.

" Entrez maintenant..."

La garde empoigna le cercueil et entama l'ascension des marches.

Dernière modification par Andréas Fulmaro (12-12-2017 09:58:21)


qp12.png

Hors ligne

#6 13-12-2017 00:24:17

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : Funérailles

[youtube]DtWql4qCJPY[/youtube]


8f88.jpg

Hors ligne

#7 17-12-2017 01:24:15

Di Mandragori
RPiste
Inscription : 29-11-2017
Messages : 142

Re : Funérailles

La place, le parvis de la cathédrale où Caspellis affichait sa noblesse. Les vieilles pierres grises de ses murs les plus anciens parlaient de l'hiver, et le vent glaçait la Dame de Pontsel.

C'est là qu'elle remarqua à nouveau  Ban Bellesort.

En d'autres temps elle aurait retenu de lui le regard intense, presque farouche, et la sensualité de la bouche gourmande...
Là ses pensées allaient à la politique.

Elle observait comme elle se savait observée. Le crêpe noir de sa robe ajoutait à sa silhouette une certaine stature, la rendant presque hiératique dans sobriété. Le voile qui retombait à mi visage laissait voir ce qu'il fallait pour que l'on s'interroge, et ainsi que l'on se souvienne.

Elle suivait imperturbable ses pairs, ces fauves qui pour beaucoup songeaient au banquet qu'ils espéraient pour bientôt.

Les tambours imprimèrent leurs rythmes funèbres aux battents sourds de son coeur qui s'étrangla dans sa gorge lorsque les portes s'ouvrirent comme une bouche inhumaine, sombre, si sombre malgré les cierges.

Quel souvenir lointain et morbide remontait le long de son dos comme un frisson de prémonition?

Belladona était comme un chat hérissé face à un spectre. Heureusement la voilette cachait son regard hanté, et le pli dure qui naissait à la commissure de ses lèvres allait avec l'humeur général de la cérémonie.

Lorsque le discours de l'inquisiteur annonça les voiles de Dacres, comme des chapes de deuil retombant lourdes et noires sur l'indépendance relative de Terre Noire, elle comprit comme beaucoup qu'il y avait pire que les prédateurs qui s'affichaient ici.

Il y avait l'oppresseur, celui qui avait donné le noir à l'espoir. Celui qui sans pitié avait déjà sévit une fois. Celui qui avait laissé aux insulaires une haine nourrie des douleurs infligées. Celui pour lequel avec orgueil, et sans jamais l'oublie de ses morts, elle était aujourd'hui nommée Terre Noire.

Et noire était la cathédrale où tous s'engouffraient. Elle tenta de résister aux mouvement qui l'entraînait malgré elle. Elle aurait voulu s'écarter, se retirer, mais les pas des autres la pressant, la portait déjà à l'intérieur. Et les vapeurs d'encens se mêlaient aux relents de la foule. Il lui semblait sentir l'odeur de la peur, et celle de la charogne... Son esprit divaguait, elle suivit sans force pour le moment, enregistrant machinalement les détails.


•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•
Belladones y Mandragores. Pavots et Digitales.
La beauté envoutante des fleurs du mal...
•~•~•~•~•~•~•~•~•~•ooOoo•~•~•~•~•~•~•~•~•~•

Hors ligne

#8 17-12-2017 14:59:43

Harald Aubert
PNJ
Inscription : 27-09-2017
Messages : 13

Re : Funérailles

Les pas du cortège funèbre résonnaient sur les dalles grises et humide menant à la nef.
Alors que les manants et les tout venants étaient empêchés de pénétrer dans le lieu saint, les noblesses de premier et d'arrière ban prenaient silencieusement place sur les sièges entourant l'allée.
Les encensoirs emplissaient l'espace de leurs fumées odorantes. Les prélats, les religieux et la famille du défunt parvenaient déjà aux marches de l'autel.
Harald avait cette oppressante impression qu'il avançait dans un tunnel sombre et désincarné. La tête lui tournait.
Devait-il rester après cet échec cuisant ? Devait-il faire front auprès des Boemauth ? Sa place était-elle encore légitime ? Etait-il en mesure de réellement préserver Caspellis l'éternelle ?

Le cercueil fut posé sur l'autel. Il fut ouvert. La famille défila avant de se ranger.

Alors que l'inquisiteur prenait place sur sa chair c'est un prélat de moindre prestance qui prononça l'invitation.

"Sieurs et gente dames, la famille propose à l'assemblée de rendre un dernier hommage à son héros. Soyez digne lorsque vous vous avancerez, rendez grâce au seigneur de lumière..."

Sous les prières du chœur et les sanglots de sa dame, les premiers s'avancèrent en un long cortège.


Il est le capitaine de la garde de Caspellis. Chevalier honorant l'ancien code, il est rare de trouver en Terre Noire dans de bravoure et de noblesse...

Hors ligne

#9 19-12-2017 09:46:04

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : Funérailles

Elle regardait ce corps froid. Elle pouvait presque encore le sentir battre. Les soignants avaient réussi à gommer l'aspect cireux du defunt.
Helene réprima sa toux, plaçant son fin mouchoir brodé sur la commissure des lèvres. Elle était peut-être désormais la seule à savoir se qu'envisageait son époux pour l'île. Les plus informés encore vivants n'étaient que des messagers portant des fragments, des parcelles de la vérité de cette vision.

Pour son époux, les grandes maisons de l'île n'étaient plus depuis longtemps que des ombres des gloires passées. S'il avait souhaité au plus profond de son esprit que la souveraineté de l'île fut garantie par l'agora, il n'était pas dupe.

Les fumées des encensoirs l'irritaient. En coin, elle comptait. Elle comptait les présents, faisait l'appel. Bien entendu les royalistes étaient restés, les Anges n'avaient pas sillé à l'évocation de la flotte Dacres prenant la mer. Pour les autres, les bourgeois et notables, plus intéressés par la gestion de leurs biens et le maintient de leur condition, ils étaient tous présents. Ceux qui avaient refusé de rester n'avaient selon elle que trouver là un moyen d'exister un peu sur la scène politique.

L'agacement la gagnait. Les seigneurs étaient perdus, ils ne comprenaient pas les enjeux. Les héros d'hier étaient-ils tous devenus des pleutres ?

Tout en s'éloignant du cercueil, la tête basse, alors que déjà une longue file se profilait au bas des marches de l'autel, elle égrenait le chapelet de ses pensées. La maison de Boemauth était sauve. Protégée par l'église continentale, assurée de conserver son duché, bénéficiant une sympathie de situation,  ses tours étaient hautes et ses armées fortes comme au plus grands jours de son existence...

Une pensée lui traversa l'esprit qui la fit presque sourire... Ah oui... Le sanglot...

Elle le laissa échapper, oui, il était crédible.

Elle se rangea à droite de l'autel prés de sa famille qu'elle n'avait pas cru si nombreuse.

...Avidité...


8f88.jpg

Hors ligne

#10 19-12-2017 20:07:08

Godoric
RPiste
Inscription : 24-03-2015
Messages : 445

Re : Funérailles

En tant que représentant sphonien, il était obligé de venir assister à cette messe. Sa place dans cet édifice lui semblait saugrenue dans un édifice qui respirait l'argent et rien d'autre, à suivre une cérémonie célébrant un mort qui avait pourchassé et torturé ses amis. Mais il fallait le faire afin de rapporter toutes les informations au seigneur des Sphoniens. Une information capitale avait été dite par l'inquisiteur. Déjà, on le nommait l'inquisiteur. Ce titre aurait dû interpeller ! Les autres seigneurs n'ont rien dit. Le grand maître de l'ordre sphonien avait raison. Tous ces seigneurs ne sont attachés qu'à leurs pauvres richesses et à leurs terres. Ils sont prêts à tout pour les garder. Ils sont tellement prêt à tout qu'ils n'ont pas bronché lorsque le dictateur Mathias a reçu de titre de père du royaume. Le royaume renvoyait à quoi ? L'île était-elle sous une monarchie ? Cela renvoyait-il au royaume de Dacre ? Le discours était trop grave. A cela il fallait rajouter l'arrivée d'une flotte en provenance du royaume Dacre. Une flotte par Sphonie ! Personne n'avait réagit à cela ! Une invasion était en cours, avec le soutien des Anges ! Si personne ne le voyait ,ou ne voulait réagir plutôt, et bien lui le voyait et les Sphoniens seront avertis. Ils défendront fièrement l'île ! Il ne s'agit plus de savoir si la guerre aura lieu mais où elle aura lieu, car elle avait déjà commencée contrairement à ce que ces seigneurs idiots pouvaient penser. L'ambassadeur n'en était que plus outrée de cette cérémonie face à un mort qui avait probablement vendu sa patrie à l'ennemi. Il fallait faire vite pour réunir les troupes, les entraîner et se tenir prêt à la menace.


Godoric, nouveau chef de l'Eglise sphoniste pour un nouveau départ et une renaissance de l'île.

Hors ligne

#11 22-12-2017 10:19:57

Grand intendant
PNJ
Inscription : 01-01-1970
Messages : 39

Re : Funérailles

L'intendant ne s'attarda pas devant la dépouille de l'ancien maître de l'île. Ce visage, il le connaissait mieux que tous. Il ne comptait plus le nombre d'heures qu'il avait passé en face à face avec lui.

Ainsi Micléo avait rompu sa retraite ? Mais qui mènerait la flotte ? Le roi était bien trop vieux pour cela. Alors ? Celeste ? Nathanaël ? Dash ?

Il secoua la tête.

Et l'empereur ? Aucune vigies restées fidèle au palais n'avaient signalé de mouvement de ce cotés du monde .

Tout allait bientôt se simplifier. Fini les intrigues, la guerre comportait des aspect rassurant. Aucun fiefs représentés en ce jour n'étaient encore suffisamment robuste pour s'opposer à une marche de l'armée du roi, même affaiblit par les récent heurts continentaux.

Un copiste s'approcha de lui et lui murmura à l'oreille.

Il écouta attentivement...

Très bien, pensa-t-il, voici nos première pistes sérieuse... le procès ne serait pas très long à venir.

Lorsqu'il quitta la cérémonie par l'allée principale, il n'attira que peut de regards.


C'est a l'intendant qu'il faudra s'adresser pour obtenir une audience, négocier des baux commerciaux, ou toute autre affaire en lien avec le palais...

Hors ligne

#12 28-12-2017 16:41:39

Godoric
RPiste
Inscription : 24-03-2015
Messages : 445

Re : Funérailles

Ne pouvant plus rester inactif, l'ambassadeur sphonien sortie de l'église. D'un pas rapide il se dirigea vers la pigeonerie la plus proche. Il fallait alerter Insohel de la catastrophe future. Ses murs étaient solidement gardés. Aucune troupe ennemi n'avait réussi à s'en emparer durant la Glorieuse révolution, et ce n'est pas faute d'avoir essayé. Il fallait donc réunir le ban au plus vite et se tenir prêt à affronter les troupes en provenance de Dacres, s'il s'agissait bien de l'arrivée d'une armada. Si t-elle n'était pas le cas, les troupes seraient démobilisées. Une fois le message rédigé, il fit partir un pigeon. Néanmoins, pour plus de sécurité, il rédigea son message sur plusieurs autres parchemins et les donna à divers messagers. Certains étaient à cheval, d'autres à pieds, d'autres encore en bateau qui remontaient les cours d'eaux. Tous partir à des heures diverses et par des chemins différents, comme il avait été convenu. Par ces temps troubles, il fallait être d'une extrême prudence. L'avenir de l'île était probablement en jeu...


Godoric, nouveau chef de l'Eglise sphoniste pour un nouveau départ et une renaissance de l'île.

Hors ligne

#13 30-12-2017 21:43:01

Kern Saurion
PNJ
Inscription : 27-09-2017
Messages : 11

Re : Funérailles

Les yeux cachés sous son chapeau plongeant, le seigneur Saurion était dubitatif.
Que cette assemblée et cette foutraille étaient loin des préoccupations du monde.
Les curés priaient, les gens de cours tenaient leur rôles, les encens décrivaient de longues arabesque...Et le spectre de la guerre s'avançait par delà les murs !
Il n'avait pas franchit les quelques mètres qui le séparait du defunt. A quoi bon, pourquoi lui, le derniers seigneur Thanatique de l'île encore vivant, irait-il saluer une dernière foi ce régent ?
Et cette veuve éplorée ? Qui trompait-elle ? Quelqu'un doutait-il encore des efforts qu'elle avait déployée pour se placer sous la protection de l'églises, des pairs, de l'armée des Ange et du roi !? Ne fallait-il pas être habile pour arracher le Duché de Jad, alors que femme, le droit ne lui permettait pas ? Elle avait usé de la simple gêne des seigneurs, de l'émotion de la situation, du doute planant sur les coupable possible ....

Mais peu importe. Il était là pour des raisons pratique. Son castel avait prit d'assaut les fiefs alentours des l'annonce de la chute de Mathias de Boemauth. Celui là même qui l'avait condamné dans ses précédentes tentatives. Plus de Régent, plus d'ordre. Plus d'ordre, plus de droit...

Il était là pour grandir, pour se fortifier. Il lui fallait désormais de l'appuis, plus haut, plus fort. L'empereur ne s'était plus manifester depuis trop longtemps, mais Kern ne pouvait pas croire qu'il resterait insensible à l'arrivée de l'armée Dacres.... Il était surement déjà au courant...peut-être depuis des lunes.

A cet instant il vit deux hommes sortir: Le grand intendant, et peu après, un Sphoniste...


...Dernier seigneur Thanatique de l'île...

Hors ligne

#14 31-12-2017 12:57:07

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : Funérailles

Caché derrière le tulle de sa coiffe, Helene, patiente, attendait ... Elle toisait l'assemblée avec une application toute particulière.

...Mais ce chapeau, cet homme glabre, elle ne se souvenait pas l'avoir déjà vu...

La cérémonie toucherait bientôt à sa fin. Son époux aurait été fier d'elle, a n'en pas douter. Si seulement il n'avait pas été si secret elle aurait une bien meilleur vu d'ensemble. Elle aurait brandit les desseins de Mathias avec force et courage si seulement elle les avait connu.

Elle avait choisi. Choisi de placer sa maison sous la protection de l'église pour préserver les titres et les honneurs à sa maison. Elle ne doutait pas que les charognards échafaudaient déjà leur plans. L'agora n'avait pas été capable de prendre le pouvoir. Par conséquent  pour encore un certains temps, l'île restait sous la gouverne de la capitale. Tous les ministres du gouvernement déchu ne s'étaient pas encore manifestés et la capitale était protégée.

Que penser de l'arrivée prochaine des armées du roi ? Oui son époux avait sollicité la sympathie du royaume afin de préserver la paix, mais il y avait peu de chance pour qu'il est invité de ce dernier a prendre pied sur l'île...

Elle entendit les derniers mots de l'office... Que l'éternité nous soit accordée...

la cathédrale commença à se vider. Mais nombres de petits groupes se formaient. L'on débattait déjà de l'après, des intérêts multiples, de compromis incertains...


8f88.jpg

Hors ligne

#15 01-01-2018 13:41:47

Adil Gordion
RPiste
Inscription : 29-12-2017
Messages : 72

Re : Funérailles

Observant les funérailles je ne dis rien de toute la cérémonie. Me contentent de rendre un hommage silencieux au Gouverneur. Oh! bien sûr, l'arène politique ne s'arrêtait pas pendant ses funérailles. Et j'étais suffisamment rodé à ce petit jeu pour capter les signaux qui en émanaient.
 

La maison Dacres ne laissera pas Terre Noire au désœuvrement
Nous ne laisserons pas l'œuvre de Mathias de Boemauth à l'abandon
Voici que dans nos ports les voiles se dressent de nouveau.

 
Le roi voulait conquérir l'ile? La bonne affaire ce n'était ni la première et surement pas la dernière fois. Je me rappelais encore le dernier affolement lorsqu'une flotte royale était arrivée sur l'ile. Pour au final apprendre qu'elle ne fessait officiellement qu'escorter la princesse royale. Et je ne pus retenir un sourire lorsque je me remémorais le diner qu'elle donna pour reconquérir l'ile. Arrivé en conquérante, sure que sa proposition de mariage suffirait à appâter les ambitieux. J'avais d'ailleurs moi-même été tenté à l'époque. Mais elle m'avait rejeté d'office me trouvant trop curieux. Et heureusement, car elle était tombée de haut lorsqu'elle réussit l'exploit de se mettre à dos tous les seigneurs qui n'étaient pas déjà acquis à la cause du roi.
 
Non j'en suis persuadé le roi ne tentera rien par la force. Bien sûr, sur le papier il pouvait envoyer ces armées soumettre l'ile par la force. Mais après? Les royalistes avaient toujours été largement minoritaires. Les indépendantistes et les anges avaient toujours représenté les citadelles les plus influentes de l'ile. Et ces deux citadelles défendaient farouchement l'indépendance de l'ile. Comme toutes les autres d'ailleurs hormis les royalistes bien sûr. Si le roi tentait de la prendre par la force outre le fait qu'il subirait de lourdes pertes pour s'emparer des places fortes il s'engagerait dans une guerre d'usure tant le poids de ces erreurs passé avait marqué les seigneurs et le peuple de l'ile. Or le roi déjà mal engagé dans sa guerre contre l'empereur ne pouvait se le permettre.  D'autant que l'empereur ne resterait surement pas inactif. Non il faudrait plus de soutien au roi pour tenter quoi que ce soit. Sinon il prendrait le risque d'unir toute l'ile pour l'heure divisée contre l'envahisseur. Pour prendre le risque de présenter l'empereur comme un libérateur? Non le roi n'était pas un idiot. J'en étais persuadé.
 

Plus subtile cependant fut la suite: "Nous partageons votre tristesse, la charge qui désormais vous incombe."

 
Ainsi la femme de feu le gouverneur s'était entendue avec l'inquisiteur pour prendre la succession de son mari? Gordion espérait qu'il s'agissait de ces terres et non de sa charge de gouverneur même s'il doutait qu'elle soit aussi sotte. Autant les femmes de pouvoir l'ile en avait connu de nombreuse, autant la charge de gouverneur n'avait jamais été "une histoire de famille". Cependant je me rendis compte que finalement, je ne la connaissais pas. Tous juste je connaissais l'existence de son fils. Pire en dehors du "travail" je me rendis compte que je ne connaissais pas Mathias de Boemauth. Hormis peut-être son amour des livres.
 
Ah Mathias de Boemauth un sacré personnage! Replongeant dans ma nostalgie je me rappelai la tumultueuse histoire qui nous avait rapprochés. Notamment les efforts de ce dernier pour me recruter. Oh l'homme ne manquait pas d'attrait, mais Mathias était un soldat, un général de l'armée des anges. Cette armée qui avait toujours servi fidèlement les différents gouverneurs qui s'étaient succédé. Et Dieu sait qu'il avait du mérite pour cela! Mais je n'avais pas l'âme d'un soldat. Et je n'aimais pas suivre aveuglément quelqu'un. Au vu de ce qui s'est passé, je ne le regrette pas. J'avais décliné l'offre même si la présence d'une armée aussi puissante et bien organisée au service du gouvernement m'avait rassuré.
Une nouvelle fois Mathias m'avait abordé alors que l'ile sombrait dans le chaos pour me proposer le poste vacant de gouverneur cette fois. Rien que ça. Mais encore une fois je l'avais décliné. J'avais toujours joué le rôle de conciliateur dans les différentes crises qui avaient secoué l'ile. Et si je ne m'étais pas fait d'ennemis, je ne m'étais pas fait beaucoup d'amis non plus. Or dans une agora désertée, vidée de sa consistance. Avec la montée des tensions entre les deux grandes puissances du continent qui utilisait terre noir comme terrain de jeu pour leurs affrontements interposés. Et l'apparition de la secte sanguinaire sphonien certes très minoritaire, mais d'une redoutable agressivité. En effet elle n'hésitait jamais à massacrer ceux qui ne vénéraient pas leurs déesses. Sans oublier les rivalités politiques des seigneurs de l'ile.
Non décidément je n'étais pas fou. Je n'avais ni le soutien ni le courage politique nécessaire. C'est donc avec une pointe de soulagement que j'appris qu'il comptait alors prendre les rênes du pouvoir. Car au vu de la situation je pense que c'était de ce général expérimenté et disposant de solide soutien dont nous avions besoin. Et j'eus presque de honte quand j'acceptais bien volontiers de le seconder en tant que ministre des Finances et de la Politique intérieure. Des domaines que je maitrisais bien mieux.
 
C'est toujours plongé dans mes souvenirs que j'arrivais devant le corps de Mathias. Si mes oreilles fonctionnaient toujours. Mes yeux été aveugle au monde extérieur. Je ne voyais que lui. Je savais que lui rendre hommage serait perçu par certain comme une forme d'allégeance. Mais j'emmerdais ces gens qui ne voyaient pas les mille-et-une couleurs de ce monde. Personne ne m'empêcherait de lui rendre hommage, je lui devais bien ça.  Je me mis alors à lui murmurer ces quelques mots. 
 
Ta veille se termine vieux soldat. Il est temps pour toi de rendre les armes et de profiter de ce repos tant mérité. Peu importe ce que l'histoire retiendra de toi. La maison Adil se souviendra que tu fus le seul à accepter de ce salir les mains pour sauver l'ile. Le seul qu'elle ait connu qui ait accepté cette charge par sens du devoir. Nous n'oublierons pas ce sacrifice de toute une vie dédiée à notre chère ile.
 
Je l'avoue j'étais déboussolé. Et mes pensées se bousculaient. Mathias été de ces hommes que je pensais immortel. De tous ceux avec qui j'avais été mené à négocier  il avait toujours été le plus raisonnable. Avec sa logique de soldat et son sens de l'honneur, il avait toujours représenté une valeur sure à mes yeux. Sans lui qu'allaient devenir les anges? Qu'elle orientation allaient-ils suivre? Une bonne partie des cartes allaient être redistribuées avec sa mort. Pourtant je n'avais pas la tête à cela. A-t-elle point que j'avais chargé Sir William mon homme de confiance de s'occuper de suivre l'enquête sur la mort de Mathias. J'avais pour ma pars à faire à l'agora. Mathias mort je devais me relancer dans le grand bain.
 
C'est le pas las que je quittais à mon tour la cathédrale une fois la cérémonie finie. Je n'avais pas le cœur a reste débattre en ce lieu. Mais je me promis d'envoyer mes condoléance à Helen. Et de prendre le temps prochainement de m'entretenir avec elle.

Dernière modification par Adil Gordion (01-01-2018 14:52:42)

Hors ligne

#16 01-01-2018 17:50:37

Helene de Boemauth
PNJ
Inscription : 22-03-2015
Messages : 217

Re : Funérailles

Le soir dans la ville, plusieurs messes populaire furent dites à la lueur des flambeaux. Le jour était clos, tout comme l'époque...


8f88.jpg

Hors ligne

Pied de page des forums