Nous sommes en l'an de grâce :
976

Vous n'êtes pas identifié(e).

Communauté de Terre Noire

#1 25-10-2017 12:21:52

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Une porte bien gardée

Après plusieurs heures de chevauchée à travers mes comtés, la cité de Caspellis était visible droit devant avec ces hautes tours portant leurs fiers et fragiles drapeaux, signes de la Régence du seigneur Matthias de Boemauth. De loin, on pouvait deviner la petite forme de la porte la plus proche, pour entrer dans les murs de la capitale. Du haut de la petite colline adjacente, le cavalier se dressait, observant la ville en contrebas. Le ciel au fil des heures s'était obscurcit. Les nuages gris étaient devenus plus denses et paraissaient peser lourd au-dessus de Terre Noire. Alors qu'ils étaient totalement absents sur la route pavée reliant le comté de Navas à Ostelaï en Esturol, il n'eut fallu pas longtemps pour savoir où ils étaient. En avançant au nord-ouest, Joss les voyaient défilés au-dessus de lui comme si ils se regroupaient au-dessus de Caspellis, emplis de haine et de chagrins. Du vent remontait du bas de la colline et l'humidité se sentait.

Mais que pouvais bien faire Joss le Forban en ces terres ?
Il y a de cela un certain temps, notre homme, à cheval, s'apprêtait à rentrer en sa capitale Ostelaï (Précédemment -> ici). Mais une chose l'avait intrigué, alors que des cloches sonnaient bruyamment de toute part, notamment les bourdons de la cathédrale, la diligence de l'Intendant navasséen filait à toute allure (les secousses à l'intérieur devait être peu confortables) en direction de la cité Caspellis.
Joss avair alors pris la décision d'en prendre la même direction.

La porte qui se présentait maintenant devant lui, fesait pas moins de 10m et semblait bien gardée. En arrivant depuis le nord, c'était la porte des Prétendants qui lui fesait face, bel et bien fermée. Des hommes armés se tenaient à son pied, lance à la main et impassible.

" - Ils le seront un peu moins quand je les auraient menacés de mon fauchon pour passer. Tant bien même, la ville est fermée et gardée, elle sera pour moi, la ville la moins sûr et ouverte à tout réseaux clandestins, bien dissimulés au sein même de ses murs, voire des villas de ces grandes gens..."

Il s'approcha des hommes à la porte. Et fit face à un de ceux du côté du battant droit. De sa voix forte, il dit :

"- Que se passe-t-il, ici ? Qu'est ce que cette histoire ? Et ces cloches qui n'ont cessé de sonner durant pas moins de 2000 toises ! Mais ne vous en faites pas, je ne vous laisserais pas le temps de réflexion, faites moi rentrer de suite !" dit-il dégainant son fauchon.

Les gardes se mirent immédiatement en défense pointant le cavalier de leurs lances aiguisées.

La porte s'ouvrit, et un homme fit son apparition.


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#2 28-10-2017 02:42:12

Archos
RPiste
Inscription : 27-03-2015
Messages : 108

Re : Une porte bien gardée

" Halte l'inconnu ! Ne dégaine pas si vite ton arme quand tu ne connais pas ton interlocuteur. Nous ne sommes pas les grouillots de la Garde, mais les hommes-liges du seigneur Archos, Commandeur de l'Armée des Anges. Tire ton épée contre l'un de ses hommes et tu te retrouvera pendu pour meurtre. Décline ton identité si tu ne cherches pas de heurts." Déclara Wielfried, le chevalier mandaté par Conrad, le Sénéchal du seigneur Archos, sa main d'épée posée sur le pommeau.

Hors ligne

#3 28-10-2017 15:56:46

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : Une porte bien gardée

Joss dévisageait cet te nouvelle personne qui se presentais ainsi. Il rangea son fauchon afin d'aborder une sage discussion avec son nouvel interlocuteur.

" - Ne soyez pas surpris chevalier de me voir paraître si offensif à l'égard de vos hommes. Mais quand il vient à se produire des événements au sein de Caspellis, j'aime à savoir, au combien rapidement, de quoi il en retourne sans pour autant être pris de court. Je suis le sieur Joss le Forban, duc d'Agantila.
Mais dites-moi, chevalier, je n'avais point ouïe que mon sieur Archos, duc mon voisin, était entre ses murs et encore moins qu'il avait remplacé la garde de Caspellis ? D'ailleurs où est-elle en ce moment pour qu'elle n'assure pas ses fonctions au sein de la cité, et que je me retrouve face à de simples hommes d'armes du sieur Archos ?"

Joss compris que les événements récents devaient avoir trouvé fort probablement leurs sources en Caspellis. Quelque chose n'allait pas et cela l'intriguait d'autant plus.


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#4 31-10-2017 12:33:31

Archos
RPiste
Inscription : 27-03-2015
Messages : 108

Re : Une porte bien gardée

" Seigneur-Duc, s'agenouilla Wielfried, bienvenu en Caspellis. Vous êtes bien moins fougueux que notre seigneur-duc. Cela ferait bien longtemps qu'il aurait chargé. Toutefois ces questions que vous me posez, ne peuvent avoir de réponse pour l'instant. En effet, je ne dispose pas de l'autorisation de mon seigneur pour dévoiler ses actes. Permettez moi donc de vous escorter jusqu'au Commandeur avec quelques hommes."

Hors ligne

#5 02-11-2017 17:25:39

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : Une porte bien gardée

Les nuages surplombaient les deux hommes et l'ancienne cité caspelliste. Puis le ciel se déchira, laissant place à la pluie froide d'un temps d'automne et un léger vent qu'on pouvait entendre siffler entre les murs de la grande ville, et derrière cette grande porte de chêne.
Le Duc regardait ce chevalier s'agenouillant devant lui sous cette pluie sur un sol humide. Cela lui rappela à quel point, les diligences restait pour lui une chose dont il ne s''habituerais jamais. Il préfèra poursuivre rapidement la discussion :

"- Si la garde, elle-même, ne pouvait le faire pour les ducs de l'île, je me contenterais bien de votre proposition...
Mais... si vous en avez une d'une dizaine de gens, mérite-t-elle toute ma confiance ? Et quitter cette endroit m'inspire peu. Car cette porte, qui l'a gardera ? C'est qu'il ne faudrait pas que de vils gens viennent à pénètrer Caspellis !
Mais le temps me manque, je ne peux me retarder à ce genre de chose...
Il me faut en apprendre plus, et la garde manquant de me conduire icelieu, je vais devoir m'accorder de votre offre. Il vous faudra alors assurer ma protection des lors que j'aurais mis pied dans la cité, chevalier ! Puisqu'il vous a été donné de remplir le rôle de factionnaire et défenseur d'une porte, je présume que vous saurez en faire tout autant et quand bien même davantage pour le Duc d'Agantila en me menant à ce Duc de Kronenbag."

Dernière modification par Joss le Forban (02-11-2017 17:55:37)


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#6 02-11-2017 17:46:29

Archos
RPiste
Inscription : 27-03-2015
Messages : 108

Re : Une porte bien gardée

" Seigneur-Duc, seul moi vous escorterait au seigneur Archos, comte d'Eolias, Duc de Kronenbag, Amiral de la Flotte, Commandeur de l'Armée des Anges. Mes hommes continueront à garder la porte. Comme vous l'indiquez, les guerriers ne quitteront pas leurs postes, la mission devant forcément être accomplie chez les Anges.

Mais n'ayez crainte sire, en Caspellis, il ne viendrait nullement à l'esprit des habitants de s'en prendre à un membre de l'Armée des Anges. Nous maintenons l'ordre et, sans nos forces, l'ordre décrépirait dans le brasier de la folie. En vérité seigneur, la seule interrogation qui me vient à l'esprit est votre capacité à me suivre avec votre coursier fatigué... Peut-être voudriez-vous une monture Anges ? Celles-ci, comme les hommes du Nord, sont dures et solides à la tâche."

Hors ligne

#7 02-11-2017 18:18:35

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : Une porte bien gardée

" - Ainsi donc mon brave, votre mission sera de m'escorter vers votre... hum... seigneur aux innombrables, inretenables, incorrigibles, irrecevables, indigestibles titres. Et retenez bien que toute protection me sera assurée durant mon séjour en Caspellis !" Il marqua une pause puis reprit.
"- Pour ce qui est de ma monture , ne tentez point de me la retirer pour un de vos chevaux de traits. Mais puisque vous paraissez faire attention à mon destrier, j'accepte volontiers que vous en preniez soin. Toutefois, n'en oubliez pas qui il faut escorter ! Mettons-nous en route dès à présent si vous le voulez bien."


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

#8 04-01-2018 14:15:01

Joss le Forban
Administrateur
Inscription : 14-09-2017
Messages : 477

Re : Une porte bien gardée

Après un brève entrevue avec le Duc Archos, Joss appris la tragique disparition du Régent Matthias de Boemauth. Il lui avait été rapporté que des hommes l'attendais au Palais pour mettre fin à ses jours. Joss ne manqua d'assister aux funérailles organisées en présence du grand Inquisiteur de Navas, et témoigna ses condoléances à dame Hélène de Boemauth. Elle semblait avoir toutes les qualités pour assurer la régence en succession de son époux. Malheureusement le Duc d'Agantila ne put rester davantage, voilà quelques jours qu'il était mandé en son duché, le Seigneur Jeanseptim l'attendais dans son comté. A cheval, il repris la route en direction des terres qui lui ont été confiées...

(A suivre -> ici),


Un groupe d'Indépendantistes, une Armée d'Anges en gage de paix, des Ombres dans la lueur de la déesse Sphonie, et des Royalistes en fleurs du mal : rien de plus paradoxal, mais rien de plus étonnant en ces terres maudites !

Hors ligne

Pied de page des forums