Nous sommes en l'an de grâce :
976

Vous n'êtes pas identifié(e).

Communauté de Terre Noire

#1 Re : Tribunal du palais » [Terminé] L'Affaire... » 01-04-2018 17:43:25

Les différentes maisons tentaient de se mettre en avant. " Beaucoup de parlotes pour pas grand chose, se disait Kern ". Il restait d'ailleurs tranquillement assit et les bras croisés à les regarder les uns après les autres, qui prenaient la parole pour s'en mettre plein la figure. Il aimait tant ces échanges entre politiques, qui se prenaient pour des guerriers. Puissant certes, il le l'ignorait pas et ne s'aveuglait pas de sa propre prétention, mais il n'en demeurait pas moins que ces gens restaient pour lui des hommes de cour. Lui, connaissait le gout du sang, ses rites en étant largement baptisés et il aimait ce gout, s'en délectait. Il ne craignait pas de mourir mais il se disait qu'avant de trépasser il amènerait avec lui nombre d'âmes innocentes.

Le Seigneur Saurion se leva donc avec ce sourire insolent qui le caractérisait et il lança d'une voix trop douce pour être honnête :


- Je vote pour moi même, évidemment.


Il sentit derrières lui des murmures, et même au devant dans la foule des seigneurs de l'île. Eh bien quoi ? Cela n'était-il pas évident ?! Comme si le Seigneur des ténèbres pouvait élire l'un des ces  hommes qui n'étaient pour lui que des pantins.

#2 Re : Tribunal du palais » [Terminé] L'Affaire... » 07-03-2018 21:39:14

Elles se tordent, les lèvres masculines, en un rictus amer. Pourtant attirantes mais tant marquées par l’ironie. C’est là le sourire d’un ange dont le rire sort tout droit des enfers. Son rocailleux, une avalanche agressive d’un bonheur sanglant. La froidure, la meurtrissure, qu’importe ! Elles lui sont nourricières, mère de la haine ou peut-être bien du plaisir. La paillardise d’une croyance hautaine d’être un Puissant, la jouissance dans la souffrance procurée. Il fait beau temps pour chevaucher vers sa destinée. Là, sur sa couche mortuaire, quand la gelure vient posséder la terre et violer les racines des arbres pour n’en laisser qu’un squelette charbonneux. Quand l’hiver s’étend… Il suçe jusqu’à la lie la vie faunesque, quand il caresse l’air avant de le fouetter d’hydrométéores cristallisées et qu’il l’étrangle pour en faire baisser la température.


- Je… vous en… prr…rrie…

- Qu’entends-je ?

- S’ii… S’il vous ppp…plait !


Saurion le Noir approche son oreille assassine de la bouche affligée. La mâchoire de sa victime écrasée entre les doigts farouches du Seigneur de Guerre. L’homme maltraité s’exprime qu’avec difficulté et plus cela lui est difficile, plus Kern enfonce ses doigts dans les joues maigres de sa victime de l’heure. Ils paraissent fins, comme cette mâchoire cassée. Elle démontre sa volonté de fer. Il est un ange au cœur d’un démon, vêtue habilement pour séduire ceux dont il boira le sang. Et ses yeux verts, bien trop sombres pour s’y plonger, tracent sur la chair innocente, le chemin de son péché. Un craquement et le vert ténébreux de ses yeux suit le rouge vermeil du sang. Les perles qui s’enfilent sur la peau blanchâtre du manant bénissent les doigts bagués d’or et de pierres précieuses.

Kern lâche le malheureux. Il ne puis même plus gémir. Assommé de douleur et d’effroi, il git aux pieds du grand bonhomme au corps élégant. Voilà ce qu’est de se trouver sur le chemin de Kern Saurion, voilà ce qu’est de n’avoir le faciès convenable. Lourdement chaussé de noir de pieds en cape, l’on devine cependant l’élancement de sa taille ainsi que la largesse de ses épaules. Il est de cette avenante silhouette de ceux qui descendent d’une lignée bénie des dieux infernaux. Cela n’est pas dit pour dépeindre sa beauté mais pour révéler oh combien la nature peut être traitresse. Kern est un tombeau blanchit, un ange déchut enfermant en lui vos pires cauchemars.

Sa main se tend et on y dépose une coupe étincelante de richesse, ornée des mêmes pierres qui encombrent ses doigts. Il prend ses aises, il pose durement un pied sur de tas d’os afin de prendre une pose et boit son vin. Tout en le sirotant, il admire le tableau que lui offre la chaîne montagneuse au loin. Il se disait dans les chaumières les plus archaïques, que son maître Thanatos lui-même avait tranché dans les flancs de Nochterra pour y nicher tout prêt de son disciple. Il lui apportait ainsi des défenses naturelles mais plongeait son territoire dans l’ombre. Le fief du Seigneur Kern lui-même était perché dans les hauteurs au fin fond de Nochterra, profitant d’un côté des neigeuses et de l’autre de magnifiques couchers de soleil. Mais en ce jour, Kern se met en route pour Caspellis. Il grimpe ainsi lestement sur son cheval aussi ténébreux que lui et enfonce rageusement son casque sur sa tête.


- Allons secouer ce tas d’fumier d’Angelots…




Le corps d’arme avait parcouru des miles et des miles comme des fous ayant le diable aux trousses. Elle ne s’était arrêtée que brièvement pour dormir à même le sol dans des camps de fortune ou pour changer de cheval sauf Kern qui poussait sa bête de guerre jusqu’à l’épuisement. Bien lui en fit car lui et ses hommes arrivèrent quelques heures seulement avant que les portes ne se ferment définitivement. L’homme avait même poussé un grognement de satisfaction en les passant dans une envolée de poussières qui recouvraient d’ailleurs maintenant leurs vêtements. Vêtement, qu’il ne prit pas la peine de changer quand bien même la richesse se lisait sur lui et les siens. Il avait bien sûr aperçut les campements des Anges qu’il voyait comme des insectes à écraser de son talon charbonneux.

C’est seulement après s’être rempli le ventre d’un alcool plus fort que le vin, pour se mettre en forme diraient certains, que Kern se présenta au tribunal. Il y entra comme on entre dans un moulin tandis que le grand maître des Anges se proposait.


- J’en suis !


La voix profonde porta dans la salle, ce qui étouffa celle plus faible qui l’annonçait comme le Seigneur Kern Saurion de Froidmoulin. Ce dernier se glissa justement dans la rangée de Geoffroy, lui passant devant, son regard dans le sien. Il le frôla comme s’il cherchait une place en longeant la rangée, mais il ne s’arrêta pas là, oh non… Tout en lui passant devant, il haussa ses sourcils en guise de salut, un sourire trop goguenard sur ses lèvres ironiques pour que cela ne passa pas comme de la provocation avant de s’assoir non loin bien confortablement.

#3 Re : Duché de Lonfort » [Libre] Marche à la guerre » 01-01-2018 11:38:40

Le messagers se laissa guider par Joggar, arborant un sourire de circonstance. Venait-il de se faire éconduire ? Le seigneur Saurion n'apprécierait que moyennement cela. Joggar n'avait pas vraiment mesuré les imbrication des événements à venir.
Alors qu'il était invité a rester, il enfourcha sa monture et dit au sergent de garde.

-Dites à votre seigneur que lorsqu'il souhaitera s'entretenir avec mon seigneur il le trouvera en Caspellis.

Il partit au galop.

#4 Re : Duché de Lonfort » [Libre] Marche à la guerre » 31-12-2017 18:19:58

Il savait que son seigneur apprécierait l'homme. Tenace et pragmatique.

-Vous semblez présumer bien des choses. Mais aux vues d'une telle proposition, il ne me semble pas anormal que vous posiez tant de questions.
Quel que soit les tenants et les aboutissants l'empire n'a pas daigné se mêler des récentes querelles. Et je n'ai rien à vous apprendre en retour. L'empereur choisit ses combats. Vous semblez vouloir plus d'éléments tactique. Eh bien soit. Le domaine de mon seigneur comprends quatre fiefs. Nos colonnes plus d'un millier d'hommes. C'est bien peu nous direz vous.
Les dernières nouvelles que nous avons reçu du continents ne sont pas récentes. Les derniers courriers que nous avons reçu date du début de la régence. Ils étaient clair, tenez la position et soyez prêts.
Nous sommes dores et déjà en mesure d'assurer une tête de pont pour l'empire. Voici des faits objectifs: mon seigneur souhaite étendre les préparatifs de ce jour qui verra l'empire revenir sur l'île. Il vous propose de constituer une force suffisamment forte pour... préparer au mieux ce jour.
Oui nous sommes mandatés par l'empire. Oui votre attachement officiel est nécessaire à notre entente. Plus nous pèseront sur l'île, plus les autres seigneurs hésiteront à accueillir l'armée Dacres.

Enfin seigneur, l'empire se montre toujours reconnaissant, nous sommes là pour le démontrer. Quand viendra le temps de reconstruire, la maison de Théodahat, l'armée des ombres, devra être recomposé...au nom de Terre Noire et de l'empire.

#5 Re : Duché de Lonfort » [Libre] Marche à la guerre » 31-12-2017 16:14:09

Le messager se sentait soudain glacé. Il prit lentement le verre de vin, le porta a ses lèvres puis le reposa.

-Il semble qu'il y est un malentendu. L'empereur ne négocie pas. Mais c'est avec le seigneur Saurion que vous êtes ici en relation. De plus en plus de gens, sur le continent, ne voit en Sphonie qu'un courant de leur propre foi. Par conséquent quand je vous demande de prêter allégeance, c'est sous votre forme physique, vos castels, vos armées. Votre Culte quoi que vous en pensiez est pour les habitants de l'empire, le notre depuis toujours. Nous n'en sommes plus au rares similarité depuis longtemps. S'il cela vous apporte en tant que personne, seigneur, satisfaction de vous croire seul dans votre foi, cela vous appartiens.
La proposition reste donc, l'église de Sphonie, en tant que force, est-elle prête à prêter serment ?

Je tenais juste à éclaircir les choses sur un point que vous avez mentionné. Lorsque les troupes Dacres débarqueront, nous ne seront pas seul, vous par contre. Vous n'avez pas l'amitié des seigneurs et pairs de l'île en nombre suffisant et pas d'alliés possible ou que se soit ...

#6 Re : Duché de Lonfort » [Libre] Marche à la guerre » 31-12-2017 14:40:21

Le messager prit place au bureau a l'invitation de Joggar.

-Vous semblez sur le pied de guerre seigneur. Mon maître ne m'aura pas envoyé pour rien.
Mon seigneur se trouve à l'heure même en Caspellis. Dernier seigneur Thanatique encore présent, il à sécurisé sa position de Nochterra.
Les Ombres de Thanatos ne sont plus cet host impressionnant de jadis, mais néanmoins, elle ne sont pas non plus devenu poussière.
Ainsi, le seigneur Saurion se pose différentes questions. Il souhaiterait s'assurer tout dabord de certaines choses. L'église de Sphonie est-elle opposée à l'empire de notre éminence Théodahat ? Est-elle prête à lui faire allégeance ?

Il marqua un temps...puis reprit.

-En peu de mots mon seigneurs Sphonistes, êtes vous prêts à vous joindre à nous. L'armée de mon maître est certes moins nombreuses, mais aguerrit. Nos castels sont dressés sur des apics, imprenable. Je me dois d'ajouter que nos récentes conquêtes ont garni nos coffres.

#7 Re : Duché de Lonfort » [Libre] Marche à la guerre » 31-12-2017 12:41:06

Le protocole...les usages...tous cela n'était que vanité... Mais il n'était pas l'heure de transiger, la mission prévalait.

Le messager s'avança à pied, tenant sa monture par le licol. Il avançait comme sur un chemin de croix, le clac de sa lance sur la pierre rythmant ses pas.
Quand il arriva aux portes il s'inclina respectueusement avant de se redresser puis d'ôter sa capuche. Mal rasé, les traits tirés de fatigue, il toisa Joggar de ses yeux charbonneux.

-Hommage vous soit rendu grand maître de l'ordre. Je porte ici un message de mon maître qui vous fait l'honneur de sa parole. Ce que je peux dire ici, c'est que mon maître, Kern Saurion, dernier seigneur Thanatique, n'est pas du bord de ceux qui se réjouissent, ni de la prédominance de Navas, ni de la venue annoncée de l'armée Dacres. Pour le reste seigneur, je ne suis pas certains que la foultitude d'oreilles tendues autour de nous soient les bienvenue... Je requiert une attention et environnement plus propice au message que je porte.

#8 Re : Duché de Lonfort » Funérailles » 30-12-2017 21:43:01

Les yeux cachés sous son chapeau plongeant, le seigneur Saurion était dubitatif.
Que cette assemblée et cette foutraille étaient loin des préoccupations du monde.
Les curés priaient, les gens de cours tenaient leur rôles, les encens décrivaient de longues arabesque...Et le spectre de la guerre s'avançait par delà les murs !
Il n'avait pas franchit les quelques mètres qui le séparait du defunt. A quoi bon, pourquoi lui, le derniers seigneur Thanatique de l'île encore vivant, irait-il saluer une dernière foi ce régent ?
Et cette veuve éplorée ? Qui trompait-elle ? Quelqu'un doutait-il encore des efforts qu'elle avait déployée pour se placer sous la protection de l'églises, des pairs, de l'armée des Ange et du roi !? Ne fallait-il pas être habile pour arracher le Duché de Jad, alors que femme, le droit ne lui permettait pas ? Elle avait usé de la simple gêne des seigneurs, de l'émotion de la situation, du doute planant sur les coupable possible ....

Mais peu importe. Il était là pour des raisons pratique. Son castel avait prit d'assaut les fiefs alentours des l'annonce de la chute de Mathias de Boemauth. Celui là même qui l'avait condamné dans ses précédentes tentatives. Plus de Régent, plus d'ordre. Plus d'ordre, plus de droit...

Il était là pour grandir, pour se fortifier. Il lui fallait désormais de l'appuis, plus haut, plus fort. L'empereur ne s'était plus manifester depuis trop longtemps, mais Kern ne pouvait pas croire qu'il resterait insensible à l'arrivée de l'armée Dacres.... Il était surement déjà au courant...peut-être depuis des lunes.

A cet instant il vit deux hommes sortir: Le grand intendant, et peu après, un Sphoniste...

#9 Re : Duché de Lonfort » [Libre] Marche à la guerre » 30-12-2017 21:26:00

Elle était enfin là, la fameuse citadelle...
Encapuchonné dans sa lourde cape de pluie brune, il s'avançait aux portes de la citadelle. Le voyage avait était long.
Encore maintenant, la lourde pluie hivernale battait le cuir de son habit. Il fit avancer sa monture fatiguée sur le chemin sinueux qui menait aux portes.

Il dénoua le lacet enroulé autour de sa lance. L'étendard, frippé, claqua dans le vent et arbora les armoiries de son maître, Kern Saurion.

-Ola du château, cria-t-il. Je viens ici au nom de mon maître, le seigneur Kern Saurion de Nochterra ! J'ai un message pour le seigneur d'icelieu!
Il frappa le sol de la hampe de sa lance, sa monture se cabra au son du tonnerre, il attendit sous la pluie battante.

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB